Bertrand Delanoë : Le Préfet de Police "ne nous surveille pas"

Quatrième Tribune


Lors de la première journée du Conseil de Paris, alors que le Préfet de Police de Paris doit répondre sur une question relevant de la compétence de l'Etat, le Maire de Paris complète sa réponse.


24 Novembre 2009 - 06:41
     

La question s'adresse à Michel Gaudin, Préfet de Police de Paris. Le conseiller-maire écologiste du 2ème arrondissement, Jacques Boutault, s'enquiert des raisons pour lesquelles le collectif Jeudi Noir fait l'objet de "harcèlement judiciaire" alors qu'il "occupe 2000 m² vacant depuis 45 ans" place des Vosges, "la taxe sur les logements vacants" n'étant "pas dissuasive".
- "Il n' y a pas de harcèlement puis qu'une décision de justice est attendue le 30 décembre", répond le Préfet avant de rappeler que la question initiale ne portait pas sur le "harcèlement judiciaire" mais sur la politique de l'Etat en matière de logement. Or, "Je ne représente pas l'Etat, je ne peux pas répondre à des questions relevant de la compétence de l'Etat" précise-t-il.
Michel Gaudin, Préfet de Police de Paris et Bertrand Delanoë, Maire de Paris
Michel Gaudin, Préfet de Police de Paris et Bertrand Delanoë, Maire de Paris

Bertrand Delanoë rebondit sur ses propos et recadre l'élu Vert : "Paris est la seule collectivité où un représentant de l'Etat siège et le Préfet de Police de Paris ne siège au Conseil de Paris que pour répondre aux questions de sécurité". Rappelant "qu'aucun de ses prédécesseurs n'aurait accepté que l'Etat surveille le Conseil de Paris, il clôt le chapitre :" l'Etat ne nous surveille pas." Et met un terme, momentanément, aux soupçons de collusion entre la Mairie de Paris et l'Etat que les Verts mettent en avant.
Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement depuis 2001
Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement depuis 2001



Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.