Concert gratuit sur la Fan Zone de la Tour Eiffel : un test grandeur nature

Ouverture de la Fan Zone Tour Eiffel à Paris la veille avant le coup d'envoi du Championnat d'Europe UEFA de football masculin 2016 en France


La Fan Zone Tour Eiffel peut accueillir 92.000 personnes sur 13.000 m² de zone sécurisée.


9 Juin 2016 - 19:09
     

La Fan Zone présentée à l'Hôtel de Ville de Paris le 9 mai 2016 © VD Paris Tribune
La Fan Zone présentée à l'Hôtel de Ville de Paris le 9 mai 2016 © VD Paris Tribune

Premier test en grandeur nature le 9 juin 2016

Le premier test en grandeur nature de l'utilisation de la Fan Zone Tour Eiffel est prévu ce jeudi 9 juin 2016 lors du concert gratuit offert la veille du lancement officiel de l'UEFA EURO 2016 au Stade de France le vendredi 10 juin 2016. Ce concert gratuit inaugural, capté et diffusé en exclusivité par TF1, annonce en clou du spectacle le DJ David Guetta à partir de 23h. En première partie de concert, à partir de 20h45, la chaîne prévoit un show franco-international avec des stars comme Will I Am, Enrique Iglesias, Ariana Grande, Christophe Maé, Louane, Florent Pagny, Kendji Girac, Soprano, Amir et Slimane. Un autre concert est prévu, cette fois-ci payant, avec le groupe de rock britannique Muse, le 28 juin 2016.

La Fan Zone Tour Eiffel donne des inquiétudes

Dans un pays en état d'urgence sous la menace terroriste, les forces de sécurité sont sur le qui-vive. Selon le journal Le Point, le Préfet de police de Paris a proposé au ministre de l'intérieur de demander à la Mairie de Paris de fermer la Fan Zone Tour Eiffel. Faire entrer en deux heures environ 92.000 personnes * sur 13.000 m²  est une opération à risque pour le Préfet de police de Paris et de la zone de défense et de sécurité de Paris.

Finalement, la Fan Zone Tour Eiffel ne ferme pas mais les moyens en terme de sécurité sont renforcés. Par exemple, des enquêtes administratives passent au crible les personnes occupant des postes sensibles afin de prévenir tout risque terroriste lié au salafisme radical, via une "cellule nationale de coordination et d'appui" de l'action des préfets et des départements, notamment dans le cadre de l'Euro 2016, créée au sein du Comité interministériel de prévention de la délinquance. Par ailleurs, 40 caméras de vidéo-surveillance et 400 agents de sécurité privée sont mobilisés en plus des forces de police et de gendarmerie, et des équipes cynophiles sillonnent le moindre centimètre carré de la Fan Zone Tour Eiffel et ses alentours.

* Chiffres donnés à la conférence de presse à l'Hôtel de Ville de Paris le 9 mai 2016.
Accès à la Fan Zone Euro 2016 © Ide - Mairie de Paris.
Accès à la Fan Zone Euro 2016 © Ide - Mairie de Paris.





Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur




Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine