Jean-François Legaret élu président du groupe de l'opposition à Paris

Jean-François Legaret, président du groupe UMPPA au Conseil de Paris.


Jean-François Legaret succède à Jean-François Lamour.


13 Septembre 2012 - 17:18
     

Jean-François et François, des prénoms à la mode à l'UMP.
Celui de Jean-François Legaret en fait partie. Seul prénom en piste depuis le retrait, la veille de l'élection, de Catherine Dumas, il est élu sans surprise à sa troisième candidature au poste de président du groupe de l'opposition au conseil de Paris.

Jean-François Lamour, proche de François Fillon, avait démissionné le 30 août 2012 car il consacrait "plus de temps à régler les guerres internes qu'à coordoonner l'opposition au maire PS" tout en faisant face à la pression d' "élus pro-Jean-François Copé".

L'élection du président du groupe UMPPA au Conseil de Paris débutée à 11h34 le 13 septembre 2012 dans une salle de l'Hôtel de Ville s'est terminée à 12h30.

Sur 52 conseillers de Paris, il y a eu 40 votants. Chaque élu pouvait donner 1 pouvoir.

Parmi les conseillers-maires d'arrondissement présents : Jean Tiberi (5e), François Lebel (8e) et Philippe Goujon (15e).
Parmi les conseillers-maires d'arrondissement absents : Jean-Pierre Lecoq (6e), Rachida Dati (7e), Claude Goasguen (16e) et Brigitte Kuster (17e).

Parmi les conseillers-députés présents : Philippe Goujon (12e circonscription) et Jean-François Lamour (13e circonscription) ; Bernard Debré (4e circonscription) a donné procuration à Pierre Gaboriau.
Parmi les conseillers-députés absents : Claude Goasguen (14e circonscription).

Le seul conseiller-sénateur, Pierre Charon, était également absent. Il n'a pas donné de procuration. Le conseiller du 15e arrondissement a été élu sénateur en 2011 sur une liste bis soutenue par la précédente majorité présidentielle au nom de la reconnaissance des courants au sein de l'UMP. Des courants reconnus aujourd'hui par Jean-François Copé et dans une moindre mesure par François Fillon.
Jean-François Legaret dans la salle des fêtes le 15 mai 2012 lors de la visite du Président François Hollande. Adolescent, il était également présent lorsque le Général Charles de Gaulle y a prononcé son discours.
Jean-François Legaret dans la salle des fêtes le 15 mai 2012 lors de la visite du Président François Hollande. Adolescent, il était également présent lorsque le Général Charles de Gaulle y a prononcé son discours.

Jean-François Legaret est élu Président du groupe UMPPA au Conseil de Paris par 38 voix et 2 abstentions.

Après avoir essayé d'être élu député puis sénateur, Jean-François Legaret était élu conseiller régional en mars 2010. Formé par son père, ancien député, ancien sénateur, ancien Président du Conseil de Paris, par les fonctionnaires de l'Hôtel de Ville, et dans les couloirs et salles de la Mairie centrale qu'il connaît comme sa poche pour y avoir passé son adolescence, c'est tout naturellement qu'il brigue un mandat en 1989. Elu depuis 23 années, il fait partie des plus anciens élus à Paris, à égalité avec Alain Lhostis (PC), conseiller de Paris du 10e arrondissement.

Comme lors de sa dernière campagne en 2010, Jean-François Legaret veut rendre la position d'opposant plus lisible et satisfaire les militants se plaignant de n'entendre "que le Maire de Paris" et peu l'opposition.

La transmission de témoin s'est passée de "façon digne". Vincent Roger, délégué fédéral, salue l'élection de Jean-François Legaret : "c'est une bonne journée pour la droite parisienne".

Le nouvel organigramme de l'UMPPA, en cours de finalisation au moment où cet article est publié, devrait comporter des conseillers plus jeunes : Jean-Baptiste Menguy, 33 ans, en qualité de Porte-parole de l'UMPPA et Valérie Montandon, 36 ans, en qualité de Présidente déléguée.

L'UMPPA représente 172 élus parisiens sur un total de 517 soit 33,36 % des élus :
- 52 conseillers de Paris sur un total de 163, soit 31,90 % des conseillers de Paris, dont 8 maires d’arrondissement (1er arrondissement, 5e arrondissement, 6e arrondissement, 7e arrondissement, 8e arrondissement, 16e arrondissement et 17e arrondissement) et 120 conseillers d'arrondissement) ;
- 120 conseillers d'arrondissement sur un total de 354 dans les 20 arrondissements de Paris, soit 33,90 % des conseillers d'arrondissement.

La prochaine élection à l'UMP désignera les 18 et 25 novembre 2012 quel est le prénom le plus apprécié chez les militants : Jean-François (Copé) ou François (Fillon), les deux favoris pour prendre la présidence du mouvement. Jean-François Legaret n'a pas ce problème : il réunit sur son prénom les deux prénoms en un.


Articles :
- 13 septembre 2012 : Election en cours du Président du groupe UMPPA au Conseil de Paris.
- 8 avril 2010 : Jean-François Legaret candidat à la présidence du groupe UMPPA au Conseil de Paris.



Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur




Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine