19 juin 2012 : Francine Caron fait son mardi littéraire au café de la mairie

6e arrondissement : Mardi littéraire au Café de la Mairie, place Saint Sulpice 75006 Paris.


Francine Caron présente "Taj Mahal et géométries du chat" aux éditions Transignum, lecture Lucienne Deschamps.


14 Juin 2012 - 23:59
     

Francine Caron - "Taj Mahal et géométries du chat" aux éditions Transignum - lecture Lucienne Deschamps.
2011 : Taj Mahal, poème en 3 séquences de Francine Caron, est traduit en anglais par Basia Miller et en arabe par Aïcha Arnaout.
La conception de l'ouvrage, l'impression des textes en photogravure sur cuivre et les gaufrages des quatre triptyques sont de Maria A-Emdadian.
L’ouvrage est présenté dans un coffret ivoire avec fermoir aimanté aux lettres dorées.

"Taj Mahal", poème en 3 séquences de Francine Caron, traduit en anglais par Basia Miller et en arabe par Aïcha Arnaout

La poésie de Francine Caron est présente dans une soixantaine d'anthologies, dont une trentaine d'importance.

Depuis celle de Jeanine Moulin (Huit siècles de poésie féminine, Seghers, Paris 1975 - réédition 1981) jusqu'à celles des éditions Transignum dirigées par Wanda Mihuleac : Habits à lire (Paris 2010) ; ainsi que Estampillé III (Paris 2008).

Ou encore l'anthologie Tute de Damas (id est un « Carré de dames ») dédiée à quatre femmes poètes de France (à savoir par ordre de naissance Hélène Cadou, Nicole Laurent-Catrice, F. C. et Ariane Dreyfus, Université de Cadix, 2007).

En 2010 et 2011, elle est présentée dans : l' Anthologie de la poésie érotique française du Moyen Age à nos jours et dans La poésie érotique féminine française contemporaine du Pr. Giovanni Dotoli, chez Hermann Lettres, Paris.

Son poème "Tutti frutti" figure dans Poètes francophones contemporains de Sylvie Biriouk aux éditions Ellipses, 2010 Paris; préface de Jean Metellus qui le signale.

Café de la mairie
au premier étage
Place Saint Sulpice Paris 6e.









E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine