25 septembre 2012 : Denis Westoff, fils de Françoise Sagan, fait son mardi littéraire

6e arrondissement : Mardi littéraire au 1er étage du Café de la Mairie, 8 place Saint Sulpice 75006 Paris.


Un éclairage inédit sur Françoise Sagan par son fils unique.


Arlette Vidal-Naquet
19 Septembre 2012 - 08:00
     

Mardi 25 septembre 2012 Denis Westoff présente Sagan et fils aux éditions Stock.




Françoise Sagan est morte le 24 septembre 2004. Elle laisse une dette fiscale de plus d’un million d’euros et une œuvre, composée d’une trentaine de romans et d’une dizaine de pièces de théâtre, sur le point d’être purement et simplement liquidée. Sagan est en passe de disparaître deux fois quand Denis Westhoff, son fils unique, décide, en 2006, d’accepter cette succession empoisonnée, hors norme. Un vrai parcours du combattant qui le conduit à repasser sur les traces de ce charmant petit monstre, né sur la scène littéraire et médiatique en 1954 par la grâce de son premier roman, Bonjour tristesse.

Il réalise alors que la femme publique que l’on a dit si prodigue avec son argent, aimant vivre dangereusement et de préférence à cent à l’heure, lui est longtemps restée inconnue.

Lui a été aimé et élevé par une mère qui a pris soin de le protéger des éclats de sa légende d’écrivain-star.

L’envie de remettre les points sur certains i, de dire les choses telles qu’il les a vues, entendues, et non pas telles qu’on a bien voulu les interpréter, grandit peu à peu en lui.

En repassant par certains lieux, en se remémorant des anecdotes, des moments forts, gais ou douloureux, des conversations intimes, en dessinant les portraits de ceux qui ont vraiment fait partie du cercle Sagan, dont ses grands-parents Quoirez ou encore son père, l’anticonformiste Robert Westhoff, il éclaire d’une lumière totalement inédite l’une des figures majeures de la littérature française.

Ce livre n’a pas pour ambition de dire la vérité sur Sagan, mais une vérité. Celle d’un fils qui ose enfin dire, avec bonheur et liberté, ce qu’il a vécu auprès d’une mère pas tout à fait comme les autres.

Biographie de l'auteur : Denis Westhoff est photographe. Il signe chez Stock son premier livre.

Les mardis littéraires de Jean-Lou Guérin
lesmardisdejeanlou.blogspirit.com & ditionduboutdelarue.fr
(c) Sagan et fils de Denis Westoff au éditions Stock.
(c) Sagan et fils de Denis Westoff au éditions Stock.








E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine