29 novembre 2011 : Cécilia Dutter & Joël Schmidt font leur mardi littéraire


Deux écrivains d’âge, de sexe et de parcours différents confrontent leurs vues et engagent un dialogue intime sur le thème du Désir.


22 Novembre 2011 - 10:52
     

Cécilia Dutter & Joël Schmidt présentent "Et que le désir soit" aux éditions Littérature ouverte.

29 novembre 2011 : Cécilia Dutter & Joël Schmidt font leur mardi littéraire
En résumé :
Ami, confident, confesseur, chacun se dévoile en toute franchise au travers d’une correspondance qui se veut conversation à laquelle le lecteur, tel un hôte privilégié, est invité. Désir de Dieu, désir de vie, désir de mort, désir d’enfant, désir charnel : les deux épistoliers expriment leurs idées, l’un rebondissant, parfois avec fougue mais jamais sans bienveillance ni humour, sur les propos de l’autre.

Extrait de la dernière lettre :
Le plaisir des sens, et le désir brut qui en est à l’origine, qui s’impose à nous, qui est inscrit en chaque individu, dessinent une flèche nous indiquant la voie pour atteindre les hautes sphères de l’existence (…)
Voilà la conclusion à laquelle nous sommes parvenus : le désir charnel nous mène au spirituel, il va de la Terre vers le Ciel et imprime un sens à notre parcours dans la double acception du terme.

Il désigne à l’homme la direction du meilleur afin que ce dernier trace une trajectoire ascendante, et il donne une signification à son passage ici-bas. Le désir est une grâce. Un hymne à la beauté de la vie. Il fait souffler le grand vent de l’Amour sur le monde sans jamais l’autoriser à retomber.

Mardi 29 novembre 2011 : mardi littéraire avec Cécilia Dutter et Joël Schmidt à 20h30
Café de la mairie, premier étage
Place Saint Sulpice 75006 Paris.



Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.