Du 16 au 18 novembre 2012 : Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

18e et 9e arrondissement : Anvers aux Abbesses, déambulation libre au sein d'ateliers d'artistes.


À l’occasion du 3e week-end de novembre, une centaine d’artistes invitent le public dans leurs ateliers.


chabrol
15 Octobre 2012 - 14:50
     

Peintres, sculpteurs, graveurs, céramistes, mosaïstes, photographes, vitraillistes ou plasticiens d’« Anvers aux Abbesses » invitent le public à une déambulation libre au sein de leurs ateliers situés dans les 18e et 9e arrondissements de Paris.

L’Art comme fil d’Ariane

Techniques artistiques, matériaux utilisés, inspiration, création sont au cœur des échanges.
Au moyen de l’affiche/plan remise gratuitement dans chaque atelier ou téléchargeable sur le site de l’Association, chaque visiteur crée son parcours au gré de ses envies. La balade artistique peut aller de pair avec une balade culturelle. En effet, les artistes de l’association ont élaboré un petit guide (disponible dans les ateliers) qui dévoile les anecdotes ou richesses patrimoniales du quartier, tout en évoquant les personnages qui y ont vécu. Le présent et le passé sont ainsi associés et la promenade n’en est que plus intéressante et riche en découvertes.

Allez découvrir les Emiles
Les « Emiles » est le concours organisé pour les artistes de l’Association. Ceux qui le souhaitent, réalisent une œuvre petit format. Le lauréat des « Emiles » de l’année précédente définit le format de « l’Emile » de l’année suivante. Cette année, les artistes proposeront des 26 x 15 cm. Le jeudi qui précède les Portes ouvertes, un jury d’experts se réunit à huis clos pour élire « l’Emile » de l’année. Celui-ci est acquis par l’Association pour 200 €, il rejoint ainsi le fonds artistique de l’Association dont la vocation est d’être exposé.
Tous les « Emiles » sont présentés au Point-Accueil durant les Portes ouvertes et mis en vente pour 100 €, une façon originale d’acquérir une œuvre d’art. L’un des « Emiles » est gagné dans le cadre de la tombola.

Affinités artistiques
Avec le cartalogue, il est possible de créer son parcours par affinité artistique. Composé de 113 cartes et vendu dans chaque atelier pour soutenir l’Association, il présente une œuvre par artiste participant aux Portes ouvertes et une carte-tombola. Celle-ci est à déposer dans l’un des ateliers pour gagner un petit format par tirage au sort.
Chaque lieu d’exposition est signalé par une bannière rouge qui porte le logo de la manifestation.

Le vendredi 16 novembre 2012 de 18 h à 21 h · Le samedi 17 et le dimanche 18 novembre de 11 h à 20 h
Site internet : www.anversauxabbesses.fr
Point Accueil et lieu de l’exposition des Emiles : 31, rue du Mont-Cenis – 75018 Paris
Renseignements pour le public au 06 10 52 15 39
Cartalogue : 113 cartes postales couleurs (format 10,5 X 15 cm) : en vente en ateliers : 10 €
Affiche-plan et parcours gratuits dans chaque lieu d’exposition et téléchargeables sur le site

Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses.
Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses.








E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine