Exposition « Présences » d'Itinéraires-art contemporain


Une caravane d'art à l'Espace Christiane Peugeot 62 avenue de la Grande Armée 75017 Paris


CATHY BION
11 Septembre 2018 - 19:20
     

60 artistes exposent leurs créations en 2 volets

L’exposition "Présences" d'Itinéraires-art contemporain qui présentera les oeuvres de 60 artistes aux parcours déjà confirmés, sera orchestrée en 2 temps :

- Présences 1 du 19/09 au 01/10 avec 33 artistes
- Présences 2 du 03/10 au 15/10 avec 27 artistes

Telle une caravane...
Les expositions d'Itinéraires-art contemporain sont des lieux de confrontations et de rencontres.
Selon leurs thèmes, l'endroit où elles sont installées, la sensibilité des artistes impliqués, elles présentent de grandes variations.
Ce qui donne à l'association une mobilité de "caravane d'art".

Basée à Paris et engagée dans le monde et les tendances de l’art d’aujourd’hui, Itinéraires-art contemporain regroupe des artistes d’origines diverses.

Créée à Levallois-Perret dans les années 80, elle a déjà initié une cinquantaine d’expositions en France et une vingtaine d’échanges à l’international, dont au Mexique et en Chine.

Loin des écoles, des chapelles et des clubs fermés, chacun de ses membres se singularise par une recherche et un itinéraire personnels.

À Itinéraires-art contemporain, chaque événement propose une confrontation de points de vue, d’approches, dans une variété de matières, techniques, formes et couleurs.


Espace Christiane Peugeot 62 avenue de la Grande Armée dans le 17e arrondissement de Paris

ouvert tous les jours de 12h à 20h sauf fermeture le mardi 2 octobre

http://www.itineraires-artcontemporain.asso.fr



Mots-clés de l'article : 17e arrondissement, art contemporain, exposition


Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.