Face à la maladie Covid-19, que choisir en premier

Tribune libre sur Maohi Tribune.


Les chiffres appelés à la rescousse pour mieux comprendre les deux urgences face au Covid-19.


Ma Pomme
17 Avril 2020 - 00:00
     

La Mort Saint-Innocent, sculpture allégorique, auteur inconnu, 120 cm x 55 cm x 27 cm, année 1520, restaurateur Louis Pierre Deseigne (1749-1822) - Département des sculptures du musée du Louvre, salle 212, Numéro d'inventaire RF 2625 © Jebulon - Domaine public.
La Mort Saint-Innocent, sculpture allégorique, auteur inconnu, 120 cm x 55 cm x 27 cm, année 1520, restaurateur Louis Pierre Deseigne (1749-1822) - Département des sculptures du musée du Louvre, salle 212, Numéro d'inventaire RF 2625 © Jebulon - Domaine public.
A la mi-avril 2020, les médias annoncent 140.000 décès sur la planète, directement imputables au covid-19.

Arrondissons à 1 million et voyons le pourcentage sur le globe terrestre : 0%. Vous êtes déçus ? Allons à la première décimale : 0,0%. Acharnons-nous et poussons jusqu’à la deuxième décimale : 0,01%.

Conclusion : il y a deux urgences. La première c’est l’emploi. La deuxième c’est le virus.

Il est impossible de chiffrer les dégâts du covid-19, composé de deux nombres :

- le nombre de décès, d’obtention facile, et

- le nombre de disparitions au sein d’une population qui voit présent et avenir chavirer. Disparitions imputables au désespoir de perdre son emploi : certains se laisseront mourir, d’autres se suicideront pour échapper à un destin implacable.

Alors, que choisir en priorité : la faim ou le mal ? Choisir le mal, c’est tourner le dos à la vie, sans être sûr que le mal sera écarté.



Mots-clés de l'article : coronavirus, covid-19, crise, maladie, urgence, virus


Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.