L'Eglise de scientologie choisit la lumière

Les sénateurs choisissent l'obscurité : la suite...


Réaction de l'Eglise de scientologie à la fermeture au public et à la presse de l'audition de l'un de ses responsables par une commission d'enquête au Sénat.


19 Mars 2013 - 09:31
     

Le porte-parole de l'Eglise de scientologie a expressément demandé, en vain, que son audition par la commission d'enquête sénatoriale soit ouverte au public et à la presse comme la loi le prévoit ; c'est la pratique courante.

Huis clos au Sénat - Spectacle public au Lutétia

C'est dans ces conditions que le responsable de l'Eglise de scientologie a écrit le 18 mars 2013 à Alain Milon (UMP), sénateur du Vaucluse et président de la commission d'enquête "sur l'influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé" :

"Comme l'Eglise souhaite aborder les thèmes qui sont évoqués par votre commission dans la lumière, et que les modalités de mon audition, par votre choix, excluent la presse et imposent l'obscurité", le responsable lui indique qu'il viendra au Sénat le 20 mars 2013 à 16h30 "témoigner sous serment" pour "éclairer" la commission et "corriger de nombreux préjugés" sur la scientologie.

Pour "permettre le débat citoyen, la vie démocratique et garantir le droit à l'information", l'Eglise de scientologie organise "une audition publique" le 20 mars 2013 à 13h à l'Hôtel Lutétia dans le VIe arrondissement de Paris.

L'Eglise de scientologie pousse les sénateurs dans leurs retranchement à "poser toutes les questions pertinentes" en précisant que les débats seront filmés et diffusés. La presse et le public sont conviés.

Les sénateurs auront-ils assez d'audace pour venir au Lutétia ? En tout cas, l'Eglise de scientologie a réussi à mettre les rieurs de son côté.




Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales... En savoir plus sur cet auteur

Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.