La propagande et le jeu du slogan

L'exemple de la présidentielle 2012.


Dans la propagande, un camp chercher à détourner les slogans du camp adverse et à discréditer ceux qui s’en servent.


par Gérard Ducrey, Docteur en Sciences Politiques
7 Avril 2012 - 17:48
     

Dans le jeu du slogan, chacun veut obtenir l’adhésion des électeurs par une formule bien tournée, facile à retenir, qui sonne et qui porte.
Mais, il ne suffit pas d’avoir réussi dans cet exercice.
Dans la propagande, le camp adverse cherchera à détourner les slogans des opposants et à discréditer les candidats qui s’en servent.

L’idée est dans ce cas de susciter rires et sourires et d’imprégner le public du contre-slogan pour dévaluer le candidat visé.

Serge Tchakhotine analyse dans son œuvre incontournable « Le viol des foules par la propagande politique » chez Gallimard, les techniques de l’influence et les mécanisme auxquels obéissent les masses.

Prenons l’exemple de la campagne présidentielle actuelle.

Les deux candidats, qui sont en tête dans les sondages pour le premier tour, ont choisi :
François Hollande : « Le changement, c’est maintenant ».
Nicolas Sarkozy : « La France forte ».

En ces temps de crise, un conseiller en propagande noire, c’est à dire hostile, après avoir lu Tchakhotine, aurait pu proposer pour l’un, « La faillite, c’est maintenant » et pour l’autre « La France morte ». Evidemment, ce sont des mots chocs et l’on n’est pas dans la mièvrerie.

Mais, nous sommes en 2012 et le mot « propagande » n’est plus politiquement correct. Pourtant, chacun sait que nombre d’hommes politiques privilégient la communication aux débats de fond, car elle est censée bien fonctionner dans la pêche aux voix.

Alors, en cette période de Pâques, Mesdames et Messieurs les candidats tendent leurs filets.
© N-Media-Images - Fotolia.com
© N-Media-Images - Fotolia.com





Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.