Législatives en Polynésie : la NUPES et le Tavini Huiraatira

Au sujet d'un accord entre la NUPES et le principal parti indépendantiste...


Une petite séquence sur la campagne des législatives en Polynésie française.


13 Juin 2022 - 05:00
     

Qui veut avoir de la verroterie ?

Des publications de membres du Tāvini Huira’atira révèlent une méthode pour récupérer les voix des électeurs du 1er tour de l’élection présidentielle, ceux ayant voté pour Jean-Luc Mélenchon, pour Yannick Jadot, pour Anne Hidalgo et pour Fabien Roussel. 

Mais même avec la Nouvelle Alliance de la Gauche (la NUPES), il n’est pas du tout certain que le candidat arrivé troisième à l’élection présidentielle puisse devenir premier ministre comme il l’annonce.  
 
Comment réaliser un bon coup politique et économique ?

Par la désinformation de Polynésiens déjà mal informés afin que leur bulletin puisse rapporter la somme de 196 francs pacifiques par an, pour les cinq ans à venir.
 

Acte 1 : Tout commence par l’appel du Tāvini Huira’atira à s’abstenir pour l’élection présidentielle, aussitôt suivi par des pourparlers à Paris en vue des élections législatives.

 Acte 2 : Il semble qu’un accord ait été trouvé puisque la presse locale s’en fait l’écho.

 Acte 3 : Le Tāvini Huira’atira met le paquet pour faire élire ses trois candidats à la députation : Moetai Brotherson, Steve Chailloux et Tematai Le Gayic. Cela fera peut-être 3 fois plus d’argent public pour les caisses du parti d’Oscar Temaru qui fête en 2022 ses 45 années d’existence. 

 Acte 4 : Pour prouver l’existence d’un accord NUPES – Tāvini Huira’atira, le principal parti indépendantiste fait publier des documents. 

 Surprise ! Ces documents ne prouvent rien !

 Remarque 1 : En effet, tout le monde peut coller une photo de Jean-Luc Mélenchon illustrant un texte non daté, non signé, non identifié, de « Mélenchon 1er ministre » avec un programme qui n’est pas forcément celui de la NUPES.

Remarque 2 : Egalement, tout le monde peut écrire une lettre anonyme intitulée « Chers Amis du Tavini », non datée, non signée, non identifiée, citant les noms de deux proches de Jean-Luc Mélenchon.

Remarque 3 : Le communiqué du Tavini, est, lui, daté, signé, identifié et adressé « Aux Amis de la France Insoumise ». Il souligne qu’il n’y a pas besoin d’accord, et que, si les 3 candidats du Tavini Huira’atira sont élus, alors et seulement alors, ils rejoindront l’une ou l’autre des composantes de la NUPES.
 

Pour y voir un peu plus clair, direction le seul meeting de la NUPES à Paris, le 1er juin 2022, dans le 11e arrondissement de la capitale.
 
La question est la suivante : « Y a-t-il un accord entre la NUPES et les candidats aux législatives du parti d’Oscar Temaru ? »

Il y a ceux qui ignorent ce qui se passe en Polynésie française, ceux qui ne sont désolés de ne pas connaître la situation et il y a aussi ceux que la question titille et qui se proposent d’apporter une réponse à la fin du meeting.
 

En Polynésie, l’exemple de la Nupes ne séduit pas les foules. Les partis se préparent plutôt pour les élections territoriales de 2023 qui décideront de l’élection du prochain président de la Polynésie française.
 

Pour le Tāvini, l’enjeu est de taille : au 1er tour de l’élection présidentielle en Polynésie, Jean-Luc Mélenchon a obtenu 7.990 voix et Yannick Jadot en a réuni 2.124 voix. Avec celles du Parti communiste et du Parti socialiste, le total monte à 11.347 voix et à 12.606 voix si on compte les voix exprimées pour Nathalie Arthaud et pour Philippe Poutoux.

 Le meeting fini, arrive le moment de la réponse à la question de Mā’ohi Tribune :

Alors ?  « Y a-t-il un accord entre la NUPES et les candidats aux législatives du parti d’Oscar Temaru ? »

La réponse : « Il n’y a pas d’accord ».
 

Remarque 4 : Les trois candidats du Tavini affichent une carte mentale à destination du public  où on les voit sous l’en-tête du nom d’un site qui n’est pas le site officiel de la NUPES.
 Ceseranupes.fr est un site créé par des militants exclusivement. 
Cet outil fait la promotion des candidats soutenus officiellement par la NUPES. 
Ce n’est pas le cas des trois candidats du Tavini.
 

Le site officiel de la NUPES est nupes-2022.fr 
Il contient la liste des candidats de la NUPES aux législatives. 
Aucun des noms des trois candidats du Tavini n’y figure.
 

En résumé :

L’électeur moyen a été désinformé car :

  1. La Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) n’a fait aucune communication pour soutenir les candidats du Tavini Huira'atira aux législatives.

  2. Il n’y a jamais eu de « communiqué de la Nupes » en ce sens.

  3. Il n’y a pas non plus d’accord entre la Nupes et le Tavini, comme l’a confirmé la Nupes lors du meeting de la Nupes à Paris le 1er juin 2022.

 

Ainsi, dans l’attente et l’espoir d’avoir un peu de verroterie, tout semble indiquer que les candidats du Tāvini n’ont pas souhaité informer les électeurs de la réalité des choses.
 
Question de politique nationale, il n’est pas certain que la NUPES soit majoritaire à l’Assemblée nationale au lendemain du 2e tour des élections législatives. 
 

Il est d’usage que l’Assemblée nationale offre un poste en OR au premier parti de l’opposition : celui de participer activement à la levée de l’impôt par la présidence de la commission des finances à l’Assemblée Nationale. 

Qui sont ceux qui, au sein de la NUPES, voudront tenir ce rôle-clé ? 
Jean-Luc Mélenchon ne le pourra pas puisqu’il ne s’est pas représenté pour siéger à l’Assemblée. L’avenir seul dira si c’était un erreur politique ou bien mûrement réfléchi pour des raisons encore inconnues à ce jour. En tout état de cause, Jean-Luc Mélenchon ne pourra donc pas décider de futures orientations du budget du pays, sauf à être nommé Premier ministre.

Même si elle remporte de nombreux sièges à l’Assemblée nationale, la NUPES n’a aucune réserve de voix pour faire passer ses propositions de loi car elle pourra difficilement faire alliance avec les parlementaires des autres groupes parlementaires.

Pour toutes ces raisons, l’hypothèse que la NUPES soit amenée à connaître des tensions, dans les mois à venir, reste plausible.
 

De 2017 à 2022, le Tāvini a reçu chaque année une aide publique calculée sur le nombre de voix obtenues aux législatives 2017. 

Dans sa déclaration de compte 2020 – un document public consultable par tous - le Tāvini Huira’atira déclare avoir reçu la somme de 66.232 Euros correspondant à la 1ère fraction de l’aide publique, soit 7.909.923 francs pacifiques. 
 

Pour les législatives 2022, le nombre de voix va conditionner le montant de l’aide publique de 2022 à 2027. Le principal parti indépendantiste touchera donc pour chaque bulletin non blanc et non nul déposé dans l’urne, une aide publique annuelle de 1,64 Euros par vote exprimé pendant cinq ans. 
 
En 2022, chaque bulletin rapportera 196 francs pacifiques par an pendant cinq ans.

Est-ce que la verroterie et la désinformation valent ce prix-là ?
 

 



***

Nota Bene :

Le message ci-dessous a été envoyé sur le compte Messenger des trois candidats du Tavini le samedi 4 juin 2022 avant 8 heures du matin, heure de Tahiti.
 Ils ont été reçu par les trois destinataires.
 Aucune information complémentaire ou simplement rectificative n’a été adressée en réponse à ces messages.
 Huit jours se sont écoulés entre ce message et cette publication du reportage audiovisuel qui est programmé pour le dimanche 12 juin 2022 dans l’après-midi, heure de Tahiti.
 

‘ia ora na …,
Bonne journée du 1er tour !
 Je publierai mon article sur le financement de la campagne pendant l’entre-deux tours (s’il y en a !) et de toute façon après la publication d’un reportage que j’ai préféré ne pas diffuser car trop juste en temps et compte-tenu du 1er tour : le 1er juin au soir, au meeting de Mélenchon, j’ai eu confirmation qu’il n’y a pas de soutien de la Nupes à vous trois candidats du Tavini.
Le montage a été fini hier et ça faisait trop juste pour le publier. Je le ferai donc mardi prochain.
Bon courage, fa’aitoito !






Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales... En savoir plus sur cet auteur

Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.