Les nouveaux ministres du gouvernement Philippe

Remaniement suite à la démission du Ministre de l'Intérieur.


Ministres LREM, PS, ex-LR, Modem : le gouvernement ne flotte plus. Dans un communiqué, l'Elysée annonce la composition du gouvernement Philippe III, suite à la démission de Gérard Collomb.


16 Octobre 2018 - 10:35
     

L'Elysée annonce le nouveau gouvernement par un communiqué. Il aura fallu deux semaines (depuis le 2 octobre 2018) pour que le gouvernement remanié soit connu.
Parmi les nouveaux entrants, des LREM, PS, ex-LR et MoDem.
Les nouveaux ministres du gouvernement Philippe

La République En Marche

Christophe Castaner est actuellement Directeur général de La République En Marche qu'il devrait quitter.
Le fidèle du Président Macron, Christophe Castaner, quitte le secrétariat d'Etat des Relations avec le Parlement et devient ministre de l'Intérieur. Il s'occupera donc des élections et des cultes dont le dossier délicat du financement du culte de l'islam notamment par les pays qui financent les imam en France.
Laurent Nuñez l'épaule en tant que secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Intérieur.

Mounir Mahjoubi quitte le secrétariat d'État au Numérique et devient secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie et des finances et du ministre de l’action et des comptes publics.

Gabriel Attal est actuellement porte-parole de La République En Marche. Il fait son entrée au gouvernement et devient secrétaire d’Etat auprès du ministre de l'Education Nationale et de la Jeunesse Jean-Michel Blanquer.

PS

Un PS à l'agriculture : Didier Guillaume devient ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation en remplacement de Stéphane Travert.

Ex-LR

Un ancien LR à la Culture : Franck Riester devient ministre de la Culture en remplacement de Françoise Nyssen.

Modem

Une MoDem change de portefeuille : l'ex-secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Jacqueline Gourault devient ministre de la Cohésion des territoires et des collectivités locales en remplacement de Jacques Mézard.
Les ministres Sébastien Lecornu et Julien Denormandie l'épauleront.

Un MoDem est nommé aux Relations avec le Parlement : Marc Fesneau quitte la présidence du groupe Modem à l'Assemblée et devient secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, occupé jusque là par Christophe Castaner.
 

Le communiqué de l'Elysée

COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE
Palais de l’Élysée le 16 octobre 2018

Sur proposition du Premier ministre, le Président de la République a mis fin aux fonctions de :

Monsieur Jacques MÉZARD, ministre de la Cohésion des territoires ;
Madame Françoise NYSSEN, ministre de la Culture ;
Monsieur Stéphane TRAVERT, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation ;
Madame Delphine GÉNY-STEPHANN, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances.

Il a nommé :

Monsieur Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse ;
Monsieur Christophe CASTANER, ministre de l’Intérieur ;
Madame Jacqueline GOURAULT, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales ;
Monsieur Franck RIESTER, ministre de la Culture ;
Monsieur Didier GUILLAUME, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation ;
Monsieur Marc FESNEAU, ministre auprès du Premier Ministre, chargé des Relations avec le Parlement ;
Monsieur Sébastien LECORNU, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, chargé des collectivités territoriales ;
Monsieur Julien DENORMANDIE, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, chargé de la ville et du logement ;
Madame Marlène SCHIAPPA, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations ;
Madame Emmanuelle WARGON, secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire ;
Madame Christelle DUBOS, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé ;
Monsieur Mounir MAHJOUBI, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie et des finances et du ministre de l’action et des comptes publics ;
Madame Agnès PANNIER-RUNACHER, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances ;
Monsieur Gabriel ATTAL, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse ;
Monsieur Laurent NUNEZ, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur.

Le Président de la République réunira le Conseil des Ministres, avec l’ensemble des membres du Gouvernement, ce mercredi 17 octobre 2018, à 10 heures.
 










E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine