Chroniques
Ma'ohi Tribune Ma'ohi Tribune

 

    'Ia ora na / Bonjour / Hello


    'A fa'ari'i mai i tō mātou aroha / Reçois notre salut / Three-language greeting of peace !

 

    Ihi o te reva / La météo / Weather service : à Tahiti - Faaa

 

Météo - Tutiempo.net

 

Théâtre de l’Epée de bois – la cartoucherie - La petite fille aux allumettes - mercredi 28 – jeudi 29 – vendredi 30 septembre 2011 à 15 heures - samedi 1er – dimanche 2 octobre 2011 à 16 heures


Sur une idée originale de Chloé Waysfeld - Hans Handersen : de « La petite fille aux allumettes » à la naissance d'un opéra-conte pour deux voix. Ces deux voix sont ici celles de deux sœurs, dont les ancêtres travaillaient la terre dans ces pays au climat rude de l'Est de l'Europe... au début du siècle dernier. - Noëmi Waysfeld - Chloé Waysfeld - Mathieu Elfassi, en alternance avec Simon Zaoui. - Mise en scène : Christiane Cohendy - Librettiste : Agathe Elieva - Direction musicale : Mathieu El Fassi - Décor : Nils Zachariasen - Costumes : Robin Chemin - Chorégraphe : Cécile Bon - Lumière : Pascal Sautelet – Habilleuse - accessoiriste : Jeanne Chemin - Chargé de production : Hervé Pépion - contact scène : Hervé Pépion – 02 54 49 72 74 et 06 10 01 5 74- Co-production ARCADI, Espace Culturel Boris Vian Les Ulis, Théâtre La Colonne Miramas


8 Septembre 2011 - 19:50
     

Théâtre de l’Epée de bois – la cartoucherie - La petite fille aux allumettes - mercredi 28 – jeudi 29 – vendredi 30 septembre 2011 à 15 heures - samedi 1er – dimanche 2 octobre 2011 à 16 heures

Dans cet opéra conte, deux univers celui de la rue et celui de l'opéra s'affrontent et se rejoignent au travers de deux voix : La voix de soprano lyrique de Chloé Waysfeld. La voix traditionnelle de Noëmi Waysfeld

Lyuba, la petite fée aux allumettes, vit avec son papa et sa babouchka dans une maison toute simple de Russie. Ils ne sont pas riches et pour subvenir au besoin de la famille, la grand-mère chante et vend des allumettes. Elle transmet à sa petite fille tout son amour, et son savoir. Orpheline de maman, Lyuba voudrait rendre la vie plus douce à son papa. Un soir, babouchka s’endort. Meurt-elle tout à fait ? Nous le saurons à la fin de l’histoire. Mais en attendant, la petite fille prend le relais et part dans le froid de l’hiver vendre et chanter à sontour. Elle rencontre trois personnes qui sedétournent d’elle : un beau jeune homme, une petite fille et son cygne, une dame élégante. Dansla nuit glacée, Lyuba songe à elles et voit apparaître un prince majestueux, un cygne mystérieux, le réconfort des bras de la maman. Trois apparitions pour trois allumettes, et toutes leurs lumières et la chaleur pour éloigner la mort et éclairer la nuit.




Cet article cite : 12e arrondissement, théâtre



E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Tahiti, ... | Paris Ile-de-France | France | Europe | A l'étranger | Paris News Post | Editions | Ils sont cités | Scope





Participer à la cagnotte en ligne