Une messe pour les animaux et leurs propriétaires à l'église Sainte-Rita

Rendez-vous dans le XVème arrondissement


Chaque année (le premier dimanche de Novembre), à l’occasion de la fête de Saint François d’Assisse, une messe est célébrée spécialement pour les animaux.


8 Novembre 2009 - 07:06
     

Les animaux sont admis à l'église Sainte-Rita cet après-midi à 15h30. Dans les allées, avec leurs maîtres assis près d'eux, ils peuvent recevoir une bénédiction donnée par Mgr Dominique Philippe, Archevèque Primat de l'Eglise Catholique Gallicane de Paris.

L’Eglise Catholique Gallicane de Paris est membre du Conseil International des Eglises Communautaires, elle-même membre du conseil oecuménique de Genève. Elle est en relation avec de nombreuses églises de tradition catholique. Le Gallicannisme est la doctrine qui défend les libertés de l'Église catholique en France contre le centralisme de la papauté, et le représentant le plus connu de ce courant fut Bossuet, évêque de Meaux au XVII ème siècle. Les Eglises Catholiques Gallicanes sont très proches de l’Eglise Romaine dont elle respecte la Foi de l’Eglise catholique apostolique et Romaine. Une différence : l’ordination sacerdotale conférée à des pères de famille.

 
Une messe pour les animaux et leurs propriétaires à l'église Sainte-Rita

Dans la rue Bonvin cet après-midi, comme chaque année, les habitants assistent à un véritable défilé d'animaux de compagnie : chiens, chats, tortues, poissons, lapins, rats, poneys, .... Tous réunis pour la bénédiction. Contrairement à ce que l’on peut penser, il n’y a ni aboiement, ni la moindre déjection pendant l’office. L’initiative est bien vécue car il y a bien un paradis pour tous.

Eglise Sainte-Rita, 27 rue François Bonvin, Paris 15ème. Tél. : 01 47 34 21 56.
 





Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.