ADOMA prié de fermer une salle utilisée pour la prière

Une salle pour la prière dans le 19e arrondissement à proximité du 18e


Le Préfet de police a notifié à l’opérateur ADOMA un arrêté de fermeture de la salle polyvalente du foyer Riquet dont il est l’exploitant. Elle réunissait pour la prière du vendredi plus de 1000 personnes au lieu de 100 maximum.


1 Février 2017 - 13:55
     

Fermeture d'une salle polyvalente utilisée pour la prière du vendredi dans le 19e arrondissement de Paris © Aisylu
Fermeture d'une salle polyvalente utilisée pour la prière du vendredi dans le 19e arrondissement de Paris © Aisylu
Une salle polyvalente utilisée pour la prière du vendredi ne respectait pas, au sens strict, les conditions de sécurité dans des locaux relevant de la réglementation des établissements recevant du public.

Au 80 rue d’Aubervilliers dans le 19e arrondissement de Paris, les services de police constatent, les vendredi 23 décembre 2016 et vendredi 20 janvier 2017, un sureffectif de plus de 1000 personnes présentes dans une salle utilisée comme lieu de prière, au lieu des 100 personnes maximum autorisées. 

Cette situation n’est « pas acceptable » pour la Préfecture de police de Paris qui pointe « un risque réel au titre de la réglementation relative à la sécurité incendie et à la prévention des risques de panique » .

Prier, oui, mais dans des conditions décentes. Estimant que « la sécurité du public n’est plus assurée et présente un danger grave pour les personnes », le Préfet décide la fermeture de la salle polyvalente du Foyer Riquet, situé à proximité du jardin d'Eole et du métro aérien Stalingrad dans le 18e arrondissement, dans le cadre des dispositions du code de la construction et de l’habitation au regard du nombre et de la largeur des sorties. 

La préfecture explique que cet arrêté est pris dans le cadre de la compétence du préfet de police relatif à la sécurité incendie sur les locaux collectifs de plus de 50 m2 classés « établissements recevant du public (ERP) » dans les immeubles d’habitation ; et surtout, que cette décision intervient au terme « d’une procédure conduite depuis plusieurs mois avec l’exploitant ».

Les utilisateurs doivent trouver un lieu plus grand pour la prière du vendredi. Car « après plusieurs mises en demeure », l’exploitant ADOMA n'est pas parvenu à faire respecter le maintien d'un effectif inférieur à 100 personnes. Il a l'interdiction, à compter du 1er février 2017, de laisser se réunir des personnes dans la salle polyvalente qui est désormais fermée pour une durée de temps non communiquée par la préfecture de police.




Mots-clés de l'article : 19e arrondissement, adoma, foyer, prière, préfecture, salle


Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.