Chroniques
Ma'ohi Tribune Ma'ohi Tribune

 

    'Ia ora na / Bonjour / Hello


    'A fa'ari'i mai i tō mātou aroha / Reçois notre salut / Three-language greeting of peace !

 

    Ihi o te reva / La météo / Weather service : à Tahiti - Faaa

 


Météo - Tutiempo.net

 

Alertes gouvernementales contre les arnaques en provenance du Bénin

Première mise en garde médiatisée de l'année contre les arnaques en ligne qui touchent la Polynésie française.


     

Le gouvernement de la Polynésie française donne l'alerte à propos de tentatives d'escroquerie en lien avec le Bénin. Il n'est pas le seul à en faire état.


10 Mars 2021 - 16:30

Capture d'écran fournie par la présidence de la Polynésie française © communiqué de presse du 10 mars 2021.
Capture d'écran fournie par la présidence de la Polynésie française © communiqué de presse du 10 mars 2021.
Papeete - Tahiti, 10 mars 2021. Si le gouvernement en parle, c'est que l'affaire lui semble sérieuse.

Sans reproduire pour autant dans son communiqué de presse les phrases et les mots cerclés de rouge sur la capture d'écran, ni sans dire si une plainte a été déposée pour usurpation d'identité sur Facebook, le ministère du Tourisme et du Travail de la Polynésie française informe dans un communiqué de presse :
 
(...) une fausse page nommée Accord Sefi-Pôle Emploi sur Facebook est en activité (et le ministère) invite donc les usagers du service public à la signaler largement, à ne pas rentrer en contact avec elle, à rester prudents et à ne pas lui fournir des données confidentielles. Cette page est susceptible de demander des coordonnées bancaires ou des transferts d'argent, en échange du versement d'une allocation (...).
Communiqué de presse accompagné d'une capture d'écran, mercredi 10 mars 2021.


Le SEFI étant le Service de l'Emploi de la Formation et de l'Insertion professionnelles, "le ministère invite les usagers", c'est-à-dire toute personne en mal d'emploi et donc en difficulté financière, "à la plus grande prudence". Il rappelle :
 
"Le SEFI, ou tout autre service public, ne demande en aucun cas de verser de l'argent pour bénéficier d'une aide".

Puis le mot est lâché :
"Il s'agit d'une tentative d’escroquerie".

Mis en évidence en couleur rouge, une information apparaît sur la capture d'écran :
 
"Le pays/la région de résidence principale des personnes qui gèrent cette page inclut : Benin (1)".
 

La précédente alerte gouvernementale

Fausse page sur Facebook avec une photo du gouvernement de la Polynésie française - communiqué de presse du 4 mai 2020.
Fausse page sur Facebook avec une photo du gouvernement de la Polynésie française - communiqué de presse du 4 mai 2020.
La dernière alerte médiatisée remonte au 4 mai 2020.

Dans un communiqué du gouvernement de la Polynésie française, les autorités s'étaient montrées pédagogues, en pleine crise sanitaire due à la pandémie : 
 
Attention aux escrocs qui offrent des financements gratuits sur Facebook.

Depuis le début de la crise du Covid 19, de nombreuses offres de financement gratuit apparaissent sur Facebook, en se faisant passer pour des membres du gouvernement de la Polynésie française, pour des parlementaires, ou en se réclamant de l’Europe, voire de l’ONU et de l’UNICEF.  

Ces offres sont le fait d’escrocs sans aucun scrupule et le gouvernement de la Polynésie française invite les Polynésiens à ne pas prendre contact avec ces pages, et surtout à ne donner aucune coordonnée bancaire où à transférer de l’argent.  

Des plaintes ont d’ores et déjà été déposées contre certains auteurs de ces pages ou ont fait l’objet de signalement auprès du procureur de la République.  

Le gouvernement invite ceux qui auraient pris contact avec ces pages Facebook à se signaler auprès des autorités judiciaires.

On ne sait pas en revanche combien de victimes sont allées déposer plainte auprès de la gendarmerie. Il y a fort à parier que peu d'entre elles osent affronter la gêne et la honte qui les empêchent d'assumer la vision de l'incrédulité dans le regard de l'autre, des parents, du conjoint, des enfants, d'un ami ou d'un membre de la famille ou d'un collègue de travail.

Un ministre a du démentir dans la presse avoir demandé de l'argent par Facebook / Messenger

Sous le titre Facebook : Attention Tearii Alpha ne vous demande pas d'argent !, le quotidien Tahiti Infos relatait déjà le 18 mai 2015, l'usurpation d'identité de Tearii Alpha, alors ministre du Logement et de la Rénovation urbaine, et actuellement vice-président de la Polynésie française.

Il n'est pas le seul dont l'identité a été usurpée sur Facebook par le crime organisé. On ne compte plus les élus de la Polynésie française (maires, parlementaire, ...) qui ont fait l'objet de faux profils pour attirer les personnes ayant besoin d'un coup de pouce financier. Malheureusement pour ces dernières, elles ont été extorquées de plusieurs milliers de francs, sans espoir de revoir leur argent un jour.

Comment repérer les arnaqueurs ?

Un examen rapide des faux comptes qui demandent à être acceptés en tant qu'ami sur Facebook, ainsi que les discussions privées sur Messenger qui s'ensuivent, révèlent un moyen infaillible pour mettre la puce à l'oreille : les fautes d'orthographe que pas même un Tahitien ayant un niveau moyen en langue française ne ferait à l'écrit sur Facebook.

L'Ambassade des Etats-Unis au Bénin recommande surtout d'être "sceptiques" car "les escrocs peuvent être très créatifs et très déterminés"

Il est écrit sur le site internet de l'Ambassade :

"Alerte à la fraude"

Nous recevons tous les jours les plaintes de personnes qui ont été frauduleusement escroqué(es) de centaines et parfois de milliers de dollars par des contacts d’Internet qu’ils pensaient être des amis ou des proches.

L’escroquerie via internet est un moyen utilisé par les escrocs pour vous convaincre de leur envoyer de l’argent. Ces pratiques frauduleuses peuvent être sous forme de loterie, des services de rencontre en ligne, des avis d’héritage, des permis de travail ou des offres d’emploi, ou même vous faire croire que vous êtes entrain d’aider un ami en difficulté.

Ne soyez pas un poisson facile à pêcher


Ne croyez pas que vous avez gagné à la loterie quand vous n’avez jamais joué ou que vous avez hérité de l’argent de quelqu’un que vous n’avez jamais rencontré ou dont vous n’avez jamais entendu  parler. Ne croyez pas aux offres (loterie, héritage, etc) qui exigent des frais à payer en avance. Ne fournissez jamais des informations personnelles ou financières aux entreprises que vous ne connaissez pas ou que vous n’avez préalablement pas vérifiées.

Dans de nombreux cas, les escrocs parcourent Internet en quête de victimes. Ils passent des semaines ou des mois à établir une relation. Une fois qu’ils ont gagné la confiance de leur victime, les escrocs créent une fausse situation et demandent de l’argent. Les fraudeurs peuvent être très habiles et trompeurs, en créant des histoires tristes et crédibles qui vous donneront envie  de leur envoyer de l’argent.

Les signes d’escroquerie sur Internet


Avant d’envoyer des fonds, vérifiez l’effectivité de l’un des signes suivants, et réalisez si vous êtes la potentielle victime d’une escroquerie :
  • Vous ne connaissez votre ami ou fiancé qu’en ligne et peut-être  vous ne l’avez jamais  rencontré en personne. Dans certains cas, la victime a même cru qu’il ou elle a épousé l’escroc par procuration.
 
  • Les photos  de l’escroc montrent une personne très attirante, et semblent avoir été prises par une agence de mannequins professionnels ou en studio photo. S’ il vous fournit une copie de passeport ou de visa, vous pouvez toujours contacter l’ambassade américaine dans le pays où le passeport ou le visa a été délivré afin de vérifier la validité du document.
 
  • L’escroc a toujours une mauvaise chance – il / elle a eu un accident de voiture, ou a été arrêté(e), ou agressé(e), ou battu(e) ou hospitalisé(e). Les proches sont morts ou incapables de l’aider. Parfois, l’escroc prétend avoir un jeune enfant à l’étranger qui est malade ou hospitalisé.
 
  • Vous avez envoyé de l’argent pour les visas ou le  billet d’avion, mais il ne semble pas pouvoir se rendre à sa destination, prétextant que les agents d’immigration détiennent ses pièces ou d’autres raisons qui l’empêchent de voyager.
 
  • Méfiez-vous des personnes qui demandent des fonds pour un BTA, ou Allocation de Base pour le Voyage, comme une obligation pour quitter un pays pour les États-Unis. Le BTA n’existe pas. Dans d’autres cas, votre ami d’Internet prétend avoir besoin d’une indemnité de déplacement, ou de l’argent de voyage, pour être en mesure de voyager aux États-Unis. Encore une fois, il n’y a pas une telle exigence en vertu des lois aux États-Unis.
 
  • L’escroc prétend être né et avoir grandi aux États-Unis, mais utilise une grammaire et orthographe pauvres indicatif d’un locuteur non-natif anglais.
 
  • Bien que l’escroc prétend être au Royaume-Uni, il ou elle peut demander que l’argent soit envoyé dans un compte domicilié dans un autre pays différent. Ou alors, l’escroc peut dire qu’il se trouve dans un pays tiers, mais demande  à ce que des fonds soient envoyés au Royaume-Uni.
 
  • L’escroc peut même prétendre être  entrain de vous contacter depuis une ambassade des États-Unis, où votre partenaire, associé, ou ami est détenu en attendant le versement d’une somme. Les Ambassades des États-Unis ne détiennent jamais personne.

 
La pêche sur les réseaux sociaux


Les escrocs d’ Internet utilisent des sites de réseau social pour trouver des victimes. Ils obtiennent  les informations de connexion d’une personne, changent son profil pour faire paraître que la personne est en difficulté, puis contactent ses amis par l’intermédiaire de ces sites pour leur demander d’envoyer de l’argent.

Pour éviter d’être victime d’une telle arnaque, il faut toujours se méfier de toute personne demandant de l’argent par le biais d’ Internet, y compris via des sites de réseau social. Vérifiez toujours les circonstances en contactant  directement votre ami. Protégez TOUJOURS votre identité en ligne par la sécurisation de vos noms d’utilisateur et mots de passe.

Les escroqueries d’adoption


Les escroqueries d’adoption sont de plus en plus fréquentes. Les auteurs de la fraude d’adoption d’un enfant prétendent  souvent être les parents indigents incapables de s’occuper d’un enfant ou un membre du clergé travaillant dans un orphelinat qui est à la recherche d’un bon foyer pour un enfant.

Les Américains devraient être très prudents quant à l’envoi d’argent ou de voyager à l’étranger pour adopter un enfant dans un orphelinat, dont ils ont seulement entendu parler par le biais des e-mails. Un nouveau rebondissement dans l’escroquerie d’adoption par messagerie classique est apparu récemment, et celui-ci se produit après que la victime découvre qu’il ou elle a été dupé(e) par une escroquerie. Une fois que  la victime suspecte la fraude et rompt les communications avec les escrocs, un nouveau message électronique arrive prétendant être d’une agence de police. Ces policiers fictifs offriront leur aide afin de récupérer l’argent perdu de la victime. Les escrocs alors demandent des frais « remboursables » pour ouvrir les dossiers d’enquête ou les dossiers du tribunal.

On vous demande de l’argent ? Attendez et réfléchissez !


Toutes ces escroqueries ont une chose en commun – ils contiennent tous des demandes d’argents. Parfois, vous êtes invités à verser de l’argent pour obtenir quelque chose de valeur pour vous-même (par exemple un prix, une relation amoureuse, plus d’argent), ou vous êtes invités à verser de l’argent pour aider un ami en difficulté. Dans tous les cas, cependant, l’indicateur ultime d’une escroquerie, est qu’on vous demande toujours de donner de l’argent.

Les escrocs peuvent être très créatifs et très déterminés. Soyez sceptiques. N’envoyez de l’argent à personne, sauf si vous êtes certains que c’est une demande légitime – même si vous pensez que vous connaissez bien la personne à travers vos correspondances sur Internet. Vous avez peu de chances d’être en mesure de récupérer l’argent perdu dans ces escroqueries. Pour plus d’informations, veuillez visitez le site suivant pour le prospectus du Département d’ Etat: https://travel.state.gov/content/passports/en/emergencies/scams.html

Que faire si je suis la cible d’une escroquerie ?


Si vous croyez êtes victimes d’une escroquerie sur Internet :
 
  1. N’envoyez pas d’argent. Malheureusement, tout l’argent que vous avez déjà envoyé ne pourra probablement pas être recouvré.
  2. Mettez immédiatement fin à toute communication avec l’escroc, plutôt que de chercher à résoudre directement. Si vous vous sentez menacés, contactez immédiatement la police locale. Ne tentez pas personnellement de récupérer les fonds perdus. Contactez les autorités compétentes pour régler le problème.
  3. Rapportez immédiatement le problème à l’Internet Crime Complaint Center, un partenariat entre le Fédéral Bureau of Investigation (FBI), le National White Collar Crime Center (NW3C), et le Bureau of Justice Assistance (BIA), à l’adresse http://www.ic3.gov/.
  4. Si l’arnaque est présente sur un site Web particulier, avertissez les administrateurs du site.

Une escroquerie dont une équipe de TF1 a remonté le fil

Devenues un véritable fléau dans nos sociétés, les tentatives d'arnaques sont légion. Une escroquerie de plusieurs dizaines de milliers d'euros dont une équipe de TF1 a remonté le fil. On peut lire l'article Le Bon Coin : comment cinq Français se sont fait piéger par un faux vendeur de voiture.

En réalité, pour peu que l'on cherche à recouper l'information grâce à des sources sérieuses sur internet, on peut facilement éviter les pièges tendus par les arnaques en ligne.

 




Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur



Tahiti | Paris Ile-de-France | France | Europe | A l'étranger | Paris News Post | Editions | Ils sont cités | Scope