Alibi de mauvais aloi

Affaire élucidée dans le 13e arrondissement de Paris.


Une enquête de la brigade des enquêtes d’initiative (BEI) du 13e arrondissement.


8 Octobre 2011 - 12:09
     

Le 6 juillet 2011, vers 2h40, 5 individus pénètrent dans un hôtel du 13e arrondissement, deux d’entre eux maintiennent violemment le veilleur pendant que les trois autres dérobent le tiroir-caisse. Celui-ci ne contenant que des papiers et des clefs, ils l’abandonnent au cours de leur fuite devant plusieurs témoins. Ces derniers en récupèrent le contenu et le restituent à l’hôtel.

L’enquête est confiée à la brigade des enquêtes d’initiative (BEI) du 13e arrondissement. Une empreinte digitale, relevée sur le tiroir-caisse, est identifiée : elle appartient à un homme de 19 ans.

Convoqué le 5 octobre 2011, il est placé en garde à vue. Si dans un premier temps il nie tout rapport avec le tiroir-caisse, il modifie ensuite sa défense expliquant l’avoir trouvé sur son chemin et l’avoir touché pour en examiner le contenu, contenu qu’il va même jusqu’à détailler : à savoir des papiers et … des clefs. Or, les témoins sont catégoriques : toutes les clefs ont été rapportées à l’hôtel et donc sauf à avoir lui-même participé au vol, il ne pouvait être au courant qu’elles s’y trouvaient.

Enferré, il a été déféré.

Source : Service de la communication de la préfecture de police de Paris.
© Spartak - Fotolia.com
© Spartak - Fotolia.com



Mots-clés de l'article : 13e arrondissement, BEI, clef, hotel, vol

Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales... En savoir plus sur cet auteur

Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.