Avec les glaces Miko, l’été commence plus tôt ! 100 baigneurs dans la Seine !

Premier bain de l'été dans la Seine avec Miko


Hâte de voir l’été arriver, de ressortir son maillot de bain et de savourer une délicieuse glace ? Direction les bords de Seine le dimanche 25 mars ! À l’occasion du passage à l’heure d’été, 100 personnes s’adonneront à leur 1er bain de la saison au pied de la Tour Eiffel. Cette baignade fêtera l’arrivée des beaux jours et sera filmée puis diffusée sur Internet.
Une opération inédite en France qui donnera le coup d’envoi de l’été et de la saison des glaces!


Mélanie Coquelin
23 Mars 2012 - 13:02
     

Avec les glaces Miko, l’été commence plus tôt !  100 baigneurs dans la Seine !
Passez en "Mode ÉTÉ" avec les glaces Miko !
Pour fêter le passage à l’heure d’été, la première baignade de la saison aura exceptionnellement lieu dans la Seine ! Ce rendez-vous original et plein de bonne humeur est organisé par Miko, leader des marques nationales de glaces en grandes et moyennes surfaces, ainsi qu’en restauration hors foyer .

Amateurs de joies estivales, ces baigneurs seront les héros d’un jour du film qui sera tourné le 25 mars. Il sera ensuite diffusé sur les réseaux sociaux, dont la page Facebook Miko , afin de créer le buzz autour de l’arrivée de la belle saison. Pour les récompenser de leur participation, les baigneurs pourront déguster les glaces Miko et découvrir les nouveautés 2012 !

Rendez-vous pour la première baignade estivale !
C’est quand ?
Le dimanche 25 mars entre 8 h 30 et 10 h. Baignade vers 9 h 15.
C’est où ?
Au pied de la Tour Eiffel, entre le pont d’Iéna et le port de Suffren,
là où sont accostées les Vedettes de Paris.
Comment s’y rendre ?
En métro : Ligne 6 - Station Bir Hakeim ou Trocadéro / Ligne 9 - Station Trocadéro
En RER : Ligne C - Station Champ de Mars
En bus : Lignes 44, 69, 82 et 87 - Arrêt Champ de Mars / Lignes 22, 30, 32, 63 et 72 - Arrêt Trocadéro

Attention : seuls les 100 participants présélectionnés seront autorisés à se baigner, mais le public est le bienvenu pour partager cette aventure, qui annonce l’arrivée de l’été !









E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine