C’est la foire dans le 6ème


Les tréteaux de cette farce médiévale sont de nouveau sur la place publique.


21 Mai 2010 - 13:15
     

La fontaine rénovée de la Place Saint-Sulpice
La fontaine rénovée de la Place Saint-Sulpice
La bataille entre deux amis de 30 ans reprend sur la Place Saint-Sulpice. Les tréteaux de cette farce médiévale sont de nouveau sur la place publique. Un chemin de croix pour le maire Jean-Pierre Lecoq qui devra se faufiler au milieu des cabanons pour se rendre à l’Eglise Saint-Sulpice ; sans un mot pour son ami Alain Ouy, ancien membre de son cabinet et commissaire-organisateur de la Foire Saint-Germain qui ouvre ses portes du 21 mai au 4 juillet. La politique a ses raisons que la raison ne connaît pas. Méphistophélès, le diabolique, est passé par là.
Jean-Pierre Lecoq a adressé une lettre à tous les riverains pour leur faire part de sa désapprobation la plus nette face à la dictature de l’association « Foire Saint-Germain ». Une seule solution : une guerre des associations... frisant le stalinisme. Explication : la Foire ayant le succès qu’on lui connaît, il n’y a pas de raison que ce soient les mêmes qui continuent de l’exploiter ! Ainsi, la foire médiévale relancée en 1978 par la mère d’Alain Ouy puis par ce dernier, sous l’égide de la mairie du 6ème, devrait maintenant passer la main à une autre association, de préférence celle proposée par le maire du 6ème : la nouvelle association « Paris Arts Organisation » avec à sa tête Philippe Pellerin. Pour cela, Jean-Pierre Lecoq fait appel à Bertrand Delanoë : il souhaite que le Maire de Paris mette en place un système de mise en concurrence des associations. Une nouveauté pour le 6ème.





Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales... En savoir plus sur cet auteur

Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.