Chaud le peep-show

Client violent dans un peep-show dans le 2e arrondissement de Paris.


Le client d’un peep-show n’a pas apprécié le spectacle et le fait très violemment savoir.


10 Février 2012 - 18:06
     

Dans un peep-show du 2e arrondissement le soir du 24 septembre 2011, un homme va se plaindre, calmement, apparemment déçu par la prestation, à l’hôtesse de caisse et quitte les lieux. Il revient quelques minutes plus tard accompagné de deux hommes.

Il passe derrière le comptoir où se trouvent deux employées et leur assène des coups de poing au visage. Elles tombent au sol sans que cela n’ait d’effet sur sa frénésie, rejoint dans son déchaînement de violence par un de ses complices qui prend ensuite pour cible l’homme à tout faire de l’établissement.

Le « client mécontent » et un des ses acolytes tentent ensuite de se faire remettre la recette, en vain. Ils finissent par prendre la fuite non sans avoir porté un dernier coup de pied en plein visage à l’homme à tout faire.

Les trois victimes se voient prescrire de 2 à 5 jours d’incapacité totale de travail.

La brigade des enquêtes d’initiative (BEI) locale est chargée de l’enquête. Elle identifie très rapidement le client: celui-ci a payé sa prestation avec sa carte bancaire… Agé de 23 ans, il a des antécédents de violences aggravées, il est d’ailleurs sous le coup d’une peine de seize mois de prison avec sursis.

Les enquêteurs donnent ensuite un nom à ses deux complices ; âgés de 22 et 23 ans, le plus jeune est lui aussi connu pour violences aggravées.

Le 17 novembre, la BEI assistée du groupe de soutien opérationnel des compagnies de sécurisation de Paris et de Seine-Saint-Denis interviennent à Sevran (93) commune où les trois hommes résident. Seul le « client mécontent » est interpellé, les deux autres sont absents de leur domicile.

En dépit des enregistrements de la vidéoprotection de l’établissement sur lesquels le trio apparaît en pleine action, il se borne à déclarer ne se souvenir de rien prétextant avoir été sous l’empire de l’alcool. Le même jour, un de ses complices se constitue prisonnier mais refuse de parler, le troisième appelle pour prévenir qu’il va se rendre mais disparaît.

Les deux individus, déférés, sont laissés libres mais placés sous contrôle judiciaire suite à l’ouverture d’une information judiciaire.

Le dernier complice finit par être localisé à Bagnolet où il est interpellé le 8 février 2012. Plus loquace, il reconnaît l’intégralité des faits.

Déféré, il a été incarcéré à la maison d’arrêt de Fresnes (94) en exécution d’une fiche de recherche dont il faisait l’objet pour exécution de peine.

Source : Service de la préfecture de police de Paris.
© Jean Cezard - Fotolia.com
© Jean Cezard - Fotolia.com



Mots-clés de l'article : 2e arrondissement, BEI, peep-show


Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.