Chroniques
Ma'ohi Tribune Ma'ohi Tribune

 

    'Ia ora na / Bonjour / Hello


    'A fa'ari'i mai i tō mātou aroha / Reçois notre salut / Three-language greeting of peace !

 

    Ihi o te reva / La météo / Weather service : à Tahiti - Faaa

 


Météo - Tutiempo.net

Claude Goasguen et Jean-Marc Fedida : la réponse de Claude Goasguen

La réponse de Claude Goasguen ayant pris pour le défendre un avocat connu pour avoir combattu l'Etat RPR à la Mairie de Paris.


Connu à gauche ou à droite : peu importe lorsqu'il s'agit de choisir un bon avocat. L'amitié et les compétences priment.


31 Mai 2012 - 17:02
     

L'article du 28 mai 2012 intitulé Claude Goasguen et Jean-Marc Fedida commençait par ces trois premières phrases : "Aucun avocat de droite ne séduit Claude Goasguen pour sa défense. Pourquoi Claude Goasguen, élu UMP, député maire du 16e arrondissement de Paris a-t-il choisi un avocat dont la notoriété s’est développée par ses attaques contre la Mairie de Paris, Jacques Chirac, Alain Juppé et la famille Tiberi ? La question est pour l’instant sans réponse."

Interrogé le 30 mai 2012 sur le choix de son avocat dans une affaire où il a assigné, sans succès, devant le juge des référés un candidat de la 14e circonscription de Paris où il est lui-même candidat aux élections législatives, le député-maire du 16e arrondissement répond de façon simple, claire et sans ambiguïté :

"Un avocat n'est pas de droite ou de gauche explique l'homme politique de droite, moi je suis avocat et je plaide pour des gens de gauche aussi bien que pour des gens de droite."

Claude Goasguen poursuit : "Fedida est un ami avec qui j'ai travaillé depuis très longtemps, qu'il soit de gauche ou qu'il soit de droite, cela n'a aucune importance, j'ai tendance à me faire défendre par des gens compétents."

Dans cette dernière affaire, l'avocat de Claude Goaguen avait demandé au juge des référés d'interdire au candidat poursuivi la diffusion de tracts électoraux faisant apparaître les mentions UMP et de lui faire injonction de communiquer le nom de l'imprimeur de ces documents ainsi que les bons de commandes et les bons à tirer.

Une demande de communication de pièces abandonnée pendant l'audience du 25 mai 2012 au vu des pièces fournies ; une audience tendue qui voit s'affronter les avocats des deux parties, absentes à l'audience.

Claude Goasguen échoue dans son référé : le 29 mai 2012, le juge des référés de Paris se déclare incompétent.

(c) Arap - Fotolia.com
(c) Arap - Fotolia.com
Après avoir envisagé sur les conseils de son avocat de saisir en référé le juge administratif, Claude Goasguen reconnaît le 30 mai que la seule possibilité qu'il lui reste est de saisir le Conseil constitutionnel après l'élection. "Après consultation de la jurisprudence, détaille-t-il, le tribunal administratif ne se juge pas compétent pour trancher et le tribunal judiciaire non plus".

Si par la voix de Claude Goasguen, son avocat ne nie pas le fait qu'il ait défendu "Pierre, Paul ou Jacques", le député-maire du 16e arrondissement "trouve d'ailleurs un peu indécent que l'on dise 'il a défendu untel' (...)" en précisant qu' "un avocat c'est fait pour défendre (et) quand on prête serment (il y a une phrase qui dit) 'les défendre tous' quelques soient leurs opinions politiques."

Claude Goasguen conclut : "le client choisit en général un avocat qu'il connaît et qu'il estime compétent. Je trouve que Fedida est un très bon juriste, c'est clair, donc il n'y a pas de problème de choix politique de gauche ou de droite."

L'avocat dira si, oui ou non, il conseille à son client Claude Goasguen de poursuivre l'action devant le Conseil constitutionnel, dans les 10 jours après les élections législatives. Cela ne pourrait avoir lieu que si Claude Goasguen perd les élections législatives. Un cas improbable dans le 16e arrondissement acquis à la droite et dont il est le député-maire.


Articles :
- Paris Tribune Indiscrétions du 31 mai 2012 : Claude Goasguen dénonce un vide juridique.
- 31 mai 2012 : David Alphand exclu définitivement de l'UMP.
- 30 mai 2012 : Goasguen contre Alphand, l’ordonnance du 29 mai 2012.
- Paris Tribune Indiscrétions du 29 mai 2012 : Claude Goasguen échoue dans son référé contre David Alphand.
- 29 mai 2012 : Claude Goasguen assigne en référé David Alphand : compte-rendu d'audience.
- 28 mai 2012 : Claude Goasguen et Jean-Marc Fedida.
- 26 mai 2012 : David Alphand assigné devant le juge des référés par Claude Goasguen.




Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur




E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Lundi 19 Juillet 2021 - 21:00 14e Traversée en véhicules d'époque

Tahiti | Paris Ile-de-France | France | Europe | A l'étranger | Paris News Post | Editions | Ils sont cités | Scope