Commémoration de la Rafle du Vel d’Hiv’ : l’actualité s’invite dans la Mémoire

A côté de chez vous


Des officiels, des représentants d’associations juives et des rescapés des déportations commémorent la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français et d’hommage aux « Justes » de France, au square de la place des Martyrs Juifs du Vélodrome d’Hiver dans le XVe arrondissement de Paris.


Ghislain Fornier de Violet
19 Juillet 2009 - 21:12
     

Le poids de l’Histoire

Décidée par l’occupant Allemand et appliquée par la police française les 16 et 17 juillet 1942, la Rafle du Vel’ d’Hiv entraîne l’arrestation massive de 13 152 juifs de France destinés à la déportation. Dans le silence naturellement solennel d’un dimanche matin, se font face le public rassemblé pour la cérémonie, associations, officiels, Garde Républicaine, et le monument aux martyrs du Vélodrome. En contrebas de celui-ci, un petit chapiteau voit se succéder les témoignages des victimes de la rafle. Celui de Sarah Montard notamment, rescapée des arrestations grâce à la négligence équivoque de 3 gendarmes français. Ilots d’humanisme au milieu d’un vaste dispositif de coordination impliquant plus de 9000 policiers français.
 
Le 16 et 17 juillet 1942, 13152 juifs de France sont raflés
Le 16 et 17 juillet 1942, 13152 juifs de France sont raflés

Le poids de l’actualité

Après la prière chantée du rabbin Olivier Kauffmann, parsemée des sonorités tristement célèbres « d’Auschwitz, Sobibor et Treblinka », les gerbes sont successivement déposées au pied du monument par Joël Mergui, Sarah Montard, David de Rothschild, Simone Veil, Bertrand Delanoë et Hubert Falco. La sonnerie aux Morts de la Garde Nationale laisse la place à une minute de silence puis à la Marseillaise.

Richard Prasquier, président du CRIF, revisite dans son discours « les pages les plus sombres de l’Histoire de France », en les raccordant à l’actualité brûlante, à savoir l’assassinat d’Ilan Halimi en 2007 réactualisé dans les mémoires par le controversé procès Fofana. « Le préjugé antisémite est de nouveau présent dans nos cités » déclare t-il, comme une mise en garde. « Pendant l’occupation, les indifférents sont devenus des criminels » continue t-il, quelque peu emporté par l’émotion.
Sans survoler l’ignominie de la persécution des juifs en France, qu’elle a elle-même vécue en tant que rescapée d’Auschwitz, Simone Veil rend hommage à « la mobilisation d’une large partie de la population française pour protéger des juifs ». Elle rappelle que la France est le pays d’Europe de l’Ouest où le pourcentage de juifs déportés a été le plus faible, avec le Danemark. i[« Ne renions pas notre pays, ne stigmatisons pas toute une population. […] Laisser dire que les français n’ont pas assumé ce qui s’est passé, je ne peux pas le supporter »]i conclut-elle.
 
Les officiels
Les officiels

Le poids des « Justes »

Le récemment nommé Secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, Hubert Falco, a choisi quant à lui de célébrer « ces parisiens révoltés, et dont la révolte ébranla les dignitaires de Vichy ». Tout en évoquant les « complices » français de la collaboration, M. Falco met l’accent sur les « justes », et « les français fidèles aux traditions de la vraie France » qui choisirent d’aider, d’une manière ou d’une autre, leurs compatriotes opprimés. Samuel P., membre d’une association présente ce dimanche matin, conclut à une cérémonie davantage axée sur les « justes ».

Tout au long de la cérémonie, le travail de mémoire s’attache donc à faire le lien avec l’actualité de la communauté juive en France, tout en rappelant, à l’instar de Mme Veil, le besoin d’un regard apaisé et réconciliateur sur notre Histoire commune.
 
Simone Veil
Simone Veil

Stèle commémorative en hommage aux victimes des persécutions racistes
Stèle commémorative en hommage aux victimes des persécutions racistes





Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.