Commémoration du 11 novembre : la messe est dite

Le conseil du 17e arrondissement le 3 décembre 2012.


Un Voeu UMP-Radical voté par le PS demande à Brigitte Kuster (UMP) d'exclure tout mélange des genres et de respecter les usages de la République.


7 Décembre 2012 - 12:48
     

Le voeu proposé par Thierry Coudert (UMP-Radical) lors du conseil du 17e arrondissement le 3 décembre 2012 demande au maire du 17e arrondissement de ne pas "mélanger cérémonies nationales et cérémonies religieuses, qui plus est, au profit d’un seul culte".

Dans son voeu, Thierry Coudert reproche à Brigitte Kuster (UMP) de ne pas connaître "les usages de la République" et de pratiquer le "mélange des genres".

Selon Thierry Coudert, le programme officiel de la mairie du 17e arrondissement invitait les habitants du 17e à commémorer le 11 novembre* en participant à une cérémonie religieuse célébrée en l'église Ste-Marie-des-Batignolles avant le dépôt de gerbes prévu au monument aux Morts.

De quoi faire bondir le conseiller de Paris qui n'ignore pas, en tant qu'ancien préfet nommé à trois reprises en Alsace et en Moselle, que le régime du Concordat ne s'applique pas dans le 17e arrondissement. Votée il y a 210 ans pour mettre fin aux guerres civiles et religieuses qui ont divisé les Français pendant la Révolution française, cet acte instaure la Paix religieuse. Aujourd'hui appliqué dans 3 départements, les fêtes nationales sont réparties entre les trois cultes : le 14 juillet est commémoré par le culte catholique, le 11 novembre par le culte protestant et le 8 mai par le culte juif.

Aux élus, Thierry Coudert explique que son voeu est motivé par le respect de la laïcité : dans le 17e arrondissement, l'Etat est séparé de l'Eglise ; et le programme des festivités du 11 novembre n'a pas à mettre en avant une cérémonie religieuse au profit d'un seul culte.

Les élus de l'opposition d'arrondissement déclarent que ce voeu a "tout-à-fait raison".

Brigitte Kuster opte pour le silence et donne la parole à Francis Courcelle (UMP), son adjoint chargé de la Diversité, du monde Combattant et de l'Intercommunalité. Celui-ci ne répond pas plus sur le fond. Il n'y aurait pas de problème, selon le conseiller d'arrondissement, étant donné que d'une part, c'est "le comité de liaison (qui) établit le programme" et d'autre part, "cela se fait dans le 6e arrondissement".

La droite, majoritaire, vote "contre", la gauche vote "pour" ; il y a 2 abstentions : Valérie Nahmias (UMP - Radical), adjointe de Brigitte Kuster chargée de la Culture et de l'Innovation, et Khedidja Bencherif (UMP), conseillère d'arrondissement, ex-candidate au poste d'adjointe au maire chargée du commerce. Le voeu est rejeté.

Il y a un an, le Comité de liaison des associations d’anciens combattants et résistants du 17e arrondissement (C.L.A.A.C.R 17) avait commémoré l'Armistice de la guerre 1914 - 1918 dans l'église Ste-Marie-des-Batignolles en présence de Brigitte Kuster, sans son écharpe tricolore. Forte de 800 adhérents, l'association s'implique dans "l’organisation des cérémonies du souvenir et la commémoration des événements au cours desquels des combattants sont morts pour la liberté et l’honneur de la France". En mars 2012, la Ville de Paris lui attribue une subvention de 5 000 euros, d'un montant équivalent à 2011. Le 10 novembre 2012, l'association commémore le 50e anniversaire de la fin du conflit armé en Algérie. Sans messe indiquée sur le carton d'invitation de la mairie du 17e arrondissement.


* Le 11 novembre n'est plus uniquement dédié aux Morts de la Grande Guerre. Proposée par Nicolas Sarkozy en 2011 et non remise en cause par François Hollande une fois élu, la loi "fixant au 11 novembre la commémoration de tous les morts pour la France" a été adoptée le 28 février 2012 avec le soutien des voix socialistes.

> Le voeu de Thierry Coudert :
17e arrondissement : Conseil d'Arrondissement avant le Conseil de Paris du 10 décembre 2012.




Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur





E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine