Contre les casseurs : Le rideau métallique

Sixième Tribune


L'artisan ne sait toujours pas qui lui en veut.


3 Septembre 2009 - 08:57
     

Contre les casseurs : Le rideau métallique
Quarante-cinq jours après la dernière attaque du bureau, un rideau métallique vient d'être posé. La victime, M. Bernard, espère ainsi dissuader ses ennemis et retrouver la confiance des assurances qui ne veulent plus rembourser la casse.

L'affaire n'est toujours pas résolue : qui en veut à M. Bernard, artisan qualifié, des "Artisans Bernard et Sylvestre", électriciens, chauffagistes et plombiers installés rue Mayet depuis 2007 ?

Une entreprise concurrente (il existe un autre "Artisans Bernard & Silvestre" dans le 17e) ou un client mécontent ? Les clients de "Artisans Bernard et Sylvestre" se sont un temps exprimés sur la Toile : le 15 avril Nanard26 donne son avis sur Overblog "C'est avec une grande satisfaction que j'ai eu affaire à cette entreprise familiale".

En mai, Roger écrit "J’ai eu la malchance de m’adresser à ces bricoleurs sans scrupule" suivi par marc75 "travail bâclé". Des attaques que n'acceptent pas lenormant qui indique "de vrai artisan encore merci pour tout", et Maryse92 : "Cela fait 5 ans que je fait appelle a cette entreprise et je n'ai jamais eu de soucis". Quant à Laurent34 il nuance : "j'ai été en desaccord avec l'artisan il semblerait que nous arrivions à un accord amiable".

La police enquête toujours sur les dix-sept attaques dont a fait l'objet l'artisan.

Lire l'article du 20 juillet 2009 : Cassage de vitres en série : un genre d'intimidation en vogue ?
Contre les casseurs : Le rideau métallique




Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales... En savoir plus sur cet auteur

Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.