De l'eau qui goutte dans la salle du guichet de la RATP "Sèvres-Babylone"

Septième Tribune


La RATP réalise depuis le 20 juillet dernier des travaux pour moderniser les infrastructures de sa station Sèvres-Babylone.


Mariam Slimani
4 Septembre 2009 - 16:32
     

Un sens de l’écoute et du service, voilà ce qui caractérise bien la RATP qui, lorsqu’elle effectue des travaux aussi légers soient-ils, prend toujours soin de prévenir sa clientèle. Pour prévenir les riverains des travaux d’étanchéité des locaux de la station Sèvres-Babylone, l’entreprise n’a pas lésiné sur les moyens de communication. Autour du chantier, de nombreux panneaux expliquent la réalisation de cet ouvrage et donnent même un numéro à contacter si l’on veut de plus amples informations. Aussi, le chef d’affaires M. Christophe Romonteil explique-t-il que des infiltrations d’eau dans le plafond de la station sont à l’origine de ces travaux de couverture qui devaient, un jour ou l’autre, être fait. Et ce, afin de préserver la pérennité des infrastructures de la station.

Situé sur un angle de la place Corbusier, le chantier couvre toute la partie chaussée à tel point que la circulation des automobiles sur ce carrefour à 5 voies a été modifié. Les bus eux aussi ont changé d’arrêt pour ne pas gêner le passage piétons installé provisoirement sur la rue de Sèvres. « On a perdu pas mal de clients ma femme et moi depuis que l’arrêt des bus 63, 84 et 87 a été reporté. Mais comme les travaux sont nécessaires, nous prenons notre mal en patience », nous avoue M. Daniel Macron, le kiosquier en face de la brasserie Le Lutetia. La fin des travaux est prévue pour le 11 septembre.


Mots-clés de l'article : 7e arrondissement, métro, RATP, sevres babylone


Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.