En route vers le Panthéon

Journée nationale de la Résistance et cérémonie de panthéonisation


Entrée au Panthéon le 27 mai 2015 vers 18h15 des 4 résistants Pierre Brossolette, Geneviève Anthonioz de Gaulle, Germaine Tillion et Jean Zay.


27 Mai 2015 - 09:00
     

Le cercueil de Pierre Brossolette © VD.
Le cercueil de Pierre Brossolette © VD.
Le 27 mai 2015 en matinée sont rendus les hommages des corps constitués en Sorbonne : les délégations des corps constitués se succèdent les unes après les autres pour s'incliner devant les cercueils et déposer une gerbe devant les catafalques.
L'après-midi verra l'hommage de la Nation : le début de la cérémonie au Panthéon débute avec l'arrivée du Président de la République vers 17h. Le départ du cortège à pied est prévu Place Edmond Rostand. Place du Panthéon vers 17h20, les cercueils seront déposés sur les catafalques. Le Choeur de l'Armée Française sifflera la complainte des Partisans et interprétera le Chant des Marais.

A 17h30, discours du Président de la République suivi d'un recueillement devant les 4 cercueils. La Sonnerie aux Morts retentira suivie d'une Minute de silence. Puis le Choeur de l'Armée Française interprétera l'hymne national, La Marseillaise. L'entrée au Panthéon de Pierre Brossolette, Geneviève Anthonioz de Gaulle, Germaine Tillion et Jean Zay est prévue vers 18h15. Fin de la cérémonie à 18h30.

Départ du cortège le 26 mai 2015 de la Porte d'Orléans



Un symbole et deux cercueils vides

Beaucoup de choses restent confidentielles, par exemple, sur le fait que "la cérémonie ne se fera pas au nom des valeurs Liberté, Egalité, Fraternité". Le mystère reste entier.
Egalement, pourquoi les femmes ne sont-elles pas plus mises en valeur ? Après tout, elles sont reçues la Grand'Croix de la Légion d'Honneur. Mais si elles ont reçu cette haute distinction c'est aussi parce qu'elles ont vécu plus longtemps que Pierre Brossolette et Jean Zay.
Pourquoi deux cercueils sont-ils vides ne contenant qu'une poignée de terre ? Cela peut paraître bizarre mais ce qui est important c’est le symbole. Qu’il y ait corps ou pas, Geneviève Anthonioz de Gaulle et Germaine Tillion vont être honorées de la même façon. 
Car le but est le suivant : Pierre Brossolette, Geneviève Anthonioz de Gaulle, Germaine Tillion et Jean Zay "
sont égaux et ils sont tous les 4 résistants". Ils entrent au Panthéon.

Le départ du cortège funèbre depuis la Porte d'Orléans le 26 mai 2015.





Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur





E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine