Incendie du parking Place Vendôme : 50 voitures brûlées et 2 blessés

Le Feu de la Place Vendôme dans le 1er arrondissement de Paris.


Les causes de l'incendie restent inconnues.


9 Mars 2012 - 11:30
     

Odeur de pneus brûlés sur la Place Vendôme, dans le 1er arrondissement de Paris. Le parking souterrain mis à la disposition des habitants et des travailleurs dans les boutiques de luxe du quartier, des clients de l'Hôtel Le Ritz et du ministère de la Justice a été le théâtre le 8 mars 2012 vers 16h45 d'un incendie inhabituel.

Au 2e sous-sol du parking, une voiture prend feu. Au 4e sous-sol, une personne arrive à regagner la surface.

120 pompiers et 6 lances à eau sont déployés pour éteindre le sinistre puis faire les premières reconnaissances. Sous leurs pieds, la chaleur est dense.

Le quartier est bouclé : les forces de l'ordre ferment la rue Castiglione, la rue de la Paix, la rue Danièle Casanova, la rue des Capucines et la rue Saint-Honoré.

Les propriétaires des voitures sont inquiets pour leur bien. Les clients du Ritz doivent regagner leur l'hôtel par le Bar Hemingway, rue Cambon.

A 20h, les pompiers estiment à 15 le nombre de voitures brûlées.

A 21h, l'on apprend que l'architecte du parking vient d'être contacté car il y aurait "un risque d'effondrement de la structure". Les propriétaires des voitures ne peuvent pas récupérer leur véhicule.

Rien de nouveau n'a filtré depuis hier soir. Excepté le 9 mars au matin, où l'on apprend que le nombre de véhicules brûlés est monté à 50.

On compte également 2 personnes intoxiquées par les fumées.
La place Vendôme enfumée - Photos : TC et VD.
La place Vendôme enfumée - Photos : TC et VD.


Mots-clés de l'article : 1er arrondissement, incendie, place vendôme, police


Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.