Jeux Olympiques à Paris en 2024 : Anne Hidalgo convoque un conseil de Paris extraordinaire

Paris 2024, bientôt une réalité


Un conseil de Paris extraordinaire le 15 septembre prévu deux jours après l'annonce officielle le 13 septembre de la ville hôte des JO 2024.


12 Septembre 2017 - 20:15
     

Paris 2024, de briques en briques, Ymas 2016.
Paris 2024, de briques en briques, Ymas 2016.

Paris organisatrice des Jeux Olympiques pour la 3e fois

Thomas Bach, avocat allemand et président du Comité International Olympique (CIO) depuis le 10 septembre 2013, après Budapest en décembre 2015, après Los Angeles en février 2016, après Paris les 1er et 2 octobre 2016, doit annoncer le 13 septembre 2017 quelle est la ville hôte élue organisatrice des Jeux Olympiques et Para-olympiques en 2024.

Selon toute vraisemblance, Paris sera désignée officiellement ville organisatrice des Jeux Olympiques et Para-olympiques en 2024, car il s'est passé des choses depuis la visite à Paris en octobre 2016 du président du Comité International Olympique :
 
  • Le 1er juin 2017, le président Donald Trump confirme le retrait des Etats-Unis des Accords de Paris.
  • Puis la ville de Los Angeles propose d'organiser les Jeux Olympiques en 2028.
  • Le 9 juin 2017, la commission exécutive du Comité international olympique vote à l'unanimité une "recommandation" en faveur d’un double vote le 13 septembre 2017 pour l’attribution des JO 2024 et 2028.
  • Le 26 juin 2017, le président Emmanuel Macron défend la candidature de Paris pour 2024 en participant à la fête de l'Olympisme organisée par la Mairie de Paris.
  • Le 10 juillet 2017, le président Emmanuel Macron défend la candidature de Paris en 2024 devant les membres du CIO.
  • Le 11 juillet 2017, tous les membres du Comité international olympique (CIO) valident le principe de la double attribution pour les Jeux Olympiques et Para-olympiques 2024 et 2028.
  • Le 31 juillet 2017, la ville de Los Angeles annonce sa candidature officielle pour organiser les JO en 2028 et non plus en 2024.
  • Le 13 septembre 2017, la ville de Paris sera désignée hôte des Jeux Olympiques et Para-olympiques en 2024.
  • Le 15 septembre 2017, Anne Hidalgo convoque un conseil de Paris extraordinaire sur les JO 2024 à Paris et en Seine-Saint-Denis.
A Paris, depuis le 28 juin 2017 et jusqu'au 13 septembre 2017 inclus sur les grilles de l’Hôtel de Ville, l’exposition « 1924 : Paris accueille l'univers olympique » invite ainsi les Parisiens et les touristes à revivre les belles heures des premiers Jeux Olympiques modernes.
 

Paris JO 2024 : c'est le Pérou

La Maire de Paris Anne Hidalgo, actuellement en déplacement à Lima pour assister avec la délégation française à la réunion du Comité international olympique, vient d'inviter l’ensemble des conseillers de Paris et les principaux acteurs de Paris 2024 pour un Conseil de Paris extraordinaire, le vendredi 15 septembre 2017 à l'Hôtel de Ville de Paris.

Dès son retour du Pérou, elle s’exprimera devant le Conseil de Paris, "pour sa première prise de parole officielle devant l’ensemble des élus et des Parisien.ne.s au sujet des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024" explique le communiqué de presse de l'Hôtel de Ville de Paris.

Les président.e.s de groupe prendront la parole afin de s’exprimer sur ce sujet, "véritable enjeu d’avenir et de progrès pour Paris, la métropole et la France, au-delà de la compétition sportive exceptionnelle".

Tony Estanguet, co-président de Paris 2024, s’adressera également au Conseil de Paris.
 

A l'ordre du jour du conseil de Paris extraordinaire du 15 septembre 2017 :
14h30 : Discours d'Anne Hidalgo Maire de Paris
15h : Discours de Tony Estanguet, co-président de Paris 2024
.
15h15 : Prise de parole des présidents de groupe.
 






Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur





E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine