Journée mondiale de l’orgasme le 21 décembre

Chamfort, le moraliste acerbe, en est-il l’inspirateur ?


L’orgasme prioritaire.


21 Décembre 2014 - 20:36
     

Célébrée le jour du solstice d’hiver, la journée mondiale de l’orgasme a été fixée le jour le plus court de l’année, c’est à dire la nuit la plus longue, le 21 décembre. 

C’est en 2006 que l’association « global orgasm » prend cette initiative sous l’impulsion de deux américains Donna Sheehan et Paul Reffell. Selon eux,
« un nombre élevé de pensées positives liées à un plaisir sexuel quasi simultané peut modifier le champ d'énergie de la Terre et réduire, en conséquence, les niveaux dangereux d'agression et de violence actuelle ».

Le 21 décembre a été proclamé « journée mondiale de l’orgasme »

Leur recommandation est hédoniste. Le plaisir au premier rang de l’humanité. Jouir et s’inscrire dans l’univers en privilégiant les solstices, les équinoxes, les phases de la lune, qu’elle soit pleine ou nouvelle. Raël s’inscrit dans le même courant. Il aurait pu en être l’inventeur.

Beaucoup de médecins considèrent la sexualité bonne pour la santé. Entre la dépense de calories, la sécrétion d’endorphines, l’effet sur la circulation, c’est un état de détente et d’assouvissement qui en résulte avec un rééquilibre de l’organisme. Et, depuis une soixantaine d’années, la sexualité est un domaine d’études scientifiques à part entière dont le pionnier est l’américain Alfred Charles Kinsey, fondateur d’un institut de recherches sur le sexe au sein d’une université américaine au milieu du XXe Siècle et auteur de rapports qui ont ouvert la voie à la recherche et aux controverses.

La morale chrétienne ainsi que celles de la plupart des religions proposent rigueur et tradition. Elles sont en opposition avec l’individualisme hédoniste. Mais force est de constater que celui-ci ne cesse de se répandre. Le père de l’anti-psychiatrie, Thomas Szasz résume : « Autrefois dans l’Occident chrétien, on pensait que les femmes devaient avoir le plus d’enfants et le moins d’orgasmes possibles. Aujourd’hui, on croit le contraire ». (1) La journée mondiale de l’orgasme en est une illustration.

Chamfort, le moraliste acerbe, en est-il l’inspirateur ?

La femme s’est libérée. Quel chemin parcouru depuis le XVIIIe Siècle où la femme commence à s’affirmer (2) Elle a des comportements sexuels similaires à ceux des hommes. Les humains sont dans une quête éperdue de satisfaction personnelle alors même que les conditions matérielles de vie se sont dégradées.

La source n’est-elle pas déjà dans la philosophie des Lumières où de nombreux auteurs ou acteurs qui influenceront ou participeront à la Révolution commettent également des écrits libertins ? Et, le véritable inspirateur de la « journée mondiale de l’orgasme », qui relève aussi de d’esprit gaulois, est sans doute français. C’est naturel. Chamfort (3) dans ses « Maximes » suggère un comportement social en avance sur son temps :
« Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne, voilà, je crois, toute la morale ».

L’orgasme prioritaire

Fin 2012, le site de rencontres « firstaffair.fr », a réalisé un sondage auprès de ses membres, alors que l’on annonçait, à tort, la fin du monde pour le 21 décembre 2012 en interprétant faussement un codex maya.

L’idée dominante était de vivre, avant de mourir, une dernière relation sexuelle pour 47% des hommes et 25% des femmes. Avec qui atteindre l’orgasme ? A trois, (41 % des hommes, 32 % des femmes), avec une inconnue (39 % des hommes) ou avec son partenaire habituel (31 % des femmes). (4)

Qu’aurait choisi la jolie femme rousse qui illustre l’article ? André Favory (1889-1937), ce grand peintre du XXe Siècle, lui a-t-il posé la question ? A l’évidence, elle vient de goûter au plaisir et y est encore prête.

Et ce soir, c’est à chacun de choisir si cette nuit sera la plus longue, la plus active, la plus sensuelle et la plus orgasmique.
Femme rousse - Nu - André Favory (1889 - 1937) Coll privée.
Femme rousse - Nu - André Favory (1889 - 1937) Coll privée.

(1) Sexe sur Ordonnance – Docteur Thomas Szasz Professeur de Psychiatrie à l’université d’Etat de New-York– Traduit par F.M. Watkins - Hachette - 1981

(2)  L'Orgasme féminin au XVIIIe siècle - Lydia Vázquez - Editions Himeros - 2014

(3) « Sébastien Roch, dit Nicolas de Chamfort : Moraliste français (1741-1794) Moraliste. Apprécié sous l’Ancien Régime, il est élu à l’Académie Française en 1781 au fauteuil n° 6 et prononce son discours de réception le 19 juillet 1781. Lucide, critique, acerbe, il épouse la cause de la Révolution. 
L’auteur Morellet résume des « Mémoires » « Il dénigra les hommes de lettres qui avaient fait sa réputation littéraire et les gens de cour qui lui faisaient des rentes ». C’est un ami de Mirabeau dont il est à l’occasion le nègre littéraire. Il devient bibliothécaire de la Bibliothèque Nationale en 1791. Mais voilà, l’analyse caustique n’est pas appréciée par les gouvernants autoritaires. Il ne peut s’empêcher de parler librement de tous les hommes et de s’exprimer avec une liberté de ton insupportable pour certains. A titre d’exemple, « Savez-vous ce que ces scélérats entendent par ces mots : fraternité ou la mort ? Ils veulent dire : sois mon frère, ou je te tue. La fraternité de ces gens là est celle de Caïn et d’Abel ». Il est jeté en prison pour ses sarcasmes, sa fin de vie où il est gardé par un sans culotte sera tragique. Il tente de se suicider le soir où on lui annonce qu’il retourne en prison. Il décède le 13 avril 1794. Une forme d’évasion réussie.

(4) firstaffair.fr a réalisé son étude en 2012 auprès de 3.400 membres âgés de 18 à 76 ans.

Articles liés :



Mots-clés de l'article : clitoris, journée mondiale, organe, orgasme, sexe

Journaliste, coordinateur des articles sur l'histoire, culture et politique, ventes aux enchères. En savoir plus sur cet auteur

Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.