La Place Saint-Michel à la « Belle Epoque » pour 9 666 euros

Une gouache d’Eugène Galien Laloue aux enchères à Vichy dans l'Allier (03).


La vie parisienne au quotidien sous l’œil d’un grand artiste peintre.


10 Mai 2014 - 17:01
     

A l’instant, la Place Saint-Michel par Eugène Galien Laloue a été adjugée 7.800 € soit aves les frais pour le prix de 9.666 euros.

Un Paris vivant et bruissant

Le cœur de Paris à la « Belle Epoque » s’offre à nos regards, sous le marteau de Maître Etienne Laurent à Vichy dans l’Allier, le 10 mai 2014. Le collectionneur payera au total 9.666 €.

Eugène Galien Laloue est né à Paris en 1854. Il décède en 1941. Sa vie enjambe deux siècles. Il a vécu les jours sombres de la France, guerre de 1870 et les deux conflits qui embrasent le monde et particulièrement l’Europe. Il a goûté aux jours heureux de Paris, la « Belle Epoque » et les « Années Folles ».

Mais, c’est à mi-vie, à la fin du XIXe Siècle, que son art et sa maîtrise éclatent. Eugène Galien Laloue peint des scènes animées, un Paris vivant et bruissant, un Paris au ciel changeant.

L’œuvre proposée par « Vichy enchères » le 10 mai 2014 à 14 heures est le lot 90 décrit ainsi au catalogue :
« Galien Laloue Eugène (1854-1941) La Place Saint Michel Gouache signée en bas à gauche Accidents au cadre. 22 x 38,5 cm »

Son estimation se situe vers 4.000 à 5.000 €. La qualité de l’œuvre a incité les collectionneurs à la dépasser. Mais les frais de vente augmentent le prix d’adjudication et ils sont assez élevés : 23,919 % TTC.

Galien Laloue Eugène (1854-1941) La Place Saint- Michel - Maître Etienne Laurent à Vichy.
Galien Laloue Eugène (1854-1941) La Place Saint- Michel - Maître Etienne Laurent à Vichy.
Monsieur Noë Willer expert en peinture pour les tableaux des XIXe et XXe Siècle, auteur du catalogue raisonné « Le triomphe de Paris », écrit au sujet d’Eugène Gallien-Laloue dont il est l’éminent spécialiste « Je ne connais aucun exemple d’une telle diversité de pseudonymes ». La cause, l’artiste est lié « par contrat avec un marchand de tableaux ». Alors, il imagine un jeu de cache-cache pour peindre et vivre de sa peinture, autant qu’il est possible.

Eugène Galien Laloue s’est placé sur la Place Saint Michel dans le 6e arrondissement, mais il tourne le dos à la fontaine. Il dirige son regard vers la rue Danton, le Palais de Justice et le boulevard de la Cité.

Au centre, au premier plan, un réverbère parisien, en fonte, conique, se dresse fièrement et éclaire le chemin des passants. Il est allumé. C’est la fin de l’après-midi. Trois arbres, sur le trottoir de gauche, montrent leurs feuilles vertes. C’est le printemps. Il a plu. Le sol brille sous la moire, giboulées de mars ou bien pluie d’avril ou de mai ? Il y a du monde sur la place et sur la chaussée, à gauche, rue Danton , il est autour de 18 heures.

Tout le monde vient et se mélange. Deux femmes âgées, sur le droite, traversent le boulevard Saint Michel. Deux bourgeoises, bien habillées, de dos, élégantes sous leur manteau au col de fourrure, marchent séparément, de part et d’autre de l’éclairage, vers le quai des grands augustins, les pas rythmés. L’artiste lui-même suggère leur démarche chaloupée. Une femme de province, accompagnée d’un enfant, porte une tenue régionale. Les passants se pressent, des hommes ont la tête couverte d’un haut de forme ou d’un chapeau, l’un a besoin d’une canne, un autre solitaire, en redingote, semble attendre son rendez-vous, au pied du lampadaire. Attend-il en vain ? Un lapin ? La foule réunit plusieurs générations et classes sociales.

A gauche, deux colonnes Morris, l’une au premier plan, sur la place, l’autre sur le quai, à proximité du Pont Saint-Michel. Le théâtre attire. Des spectacles sont montés. Les colonnes ont été implantées pour pallier l’affichage sauvage. Elles sont là pour informer. La vie parisienne, c’est savoir s’amuser tout en sachant travailler.

A l’angle du quai et du boulevard, une brasserie est implantée. Du premier étage, les clients doivent pouvoir apercevoir la cathédrale Notre-Dame. C’est le début de l’automobile mais les calèches sont plus nombreuses et ce sont deux fiacres qui se croisent à l’angle du quai et du boulevard. Et sur le boulevard du Palais s’engage un moyen de transport plus massif, probablement l'Arpajonnais ligne qui relie la ville d’Arpajon aux Halles, au cœur de Paris.

Au fond, le Palais de Justice, la Préfecture de Police et le dôme du tribunal de commerce, sont éclairés par le soleil couchant. Le ciel est rose et nuageux. La flèche de la Saint Chapelle le transperce.

Une carriole de marchande de 4 saisons figure en bas à gauche du tableau à côté de signature du peintre sous son nom patronymique. Les petits métiers ont leur place dans la vie parisienne.

L’artiste rend compte du mouvement par le flou et le voile, parfaitement maîtrisés, caractéristique de son talent. Ce voile couvre la scène, la pluie vient de cesser.

Galien Laloue Eugène (1854-1941) La Place Saint-Michel - Maître Etienne Laurent à Vichy.
Galien Laloue Eugène (1854-1941) La Place Saint-Michel - Maître Etienne Laurent à Vichy.





Journaliste, coordinateur des articles sur l'histoire, culture et politique, ventes aux enchères. En savoir plus sur cet auteur





E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Lundi 19 Juillet 2021 - 21:00 14e Traversée en véhicules d'époque

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Ils sont cités


ACCUEIL