La Samaritaine devrait ouvrir à la fin 2013

A la Une de Première Tribune


Le calendrier des travaux de transformation de la Samaritaine est désormais connu.


8 Décembre 2009 - 09:42
     

Grosse déception pour les habitants et les commerçants du 1er arrondissement présents hier à la réunion publique à la mairie du 1er : les travaux vont démarrer plus tard qu'ils ne l'ont espéré... s'il n'y a pas de retard.

Avant que le propriétaire majoritaire des lieux, la LVMH, inaugure l'hôtel de luxe et le centre commercial qu'il prévoit d'installer, avant que la Mairie de Paris ne fasse construire des logements sociaux et une crèche, il peut couler beaucoup d'eau sous le Pont Neuf sur lequel donne l'immeuble. Car, et c'est la nouvelle d'hier soir, il faut auparavant que la Samaritaine, qui comprend en réalité 4 immeubles, soit réhaussée.

Le fonctionnaire de la direction de l'urbanisme de la Ville de Paris a du mal à se faire entendre : "C'est une réglementation qui évolue".
La Samaritaine côté sud, Place de l'Ecole
La Samaritaine côté sud, Place de l'Ecole

Le calendrier comprend donc en première étape l'ouverture le 6 janvier 2010 d'une 1ère enquête publique sur la révision du PLU à propos de la hauteur des 4 immeubles composant la Samaritaine.

Le vote de la révision simplifiée du PLU est prévu à l'ordre du jour du Conseil de Paris du mois d'avril 2010.
Fin 2010 devrait démarrer l'enquête publique sur le projet en lui-même de la transformation de la Samaritaine.

Le chantier devrait démarrer à la mi-2011 pour une livraison fin 2013. Soit quelques mois avant les élections municipales de mars 2014.
La Samaritaine côté nord, rue de Rivoli
La Samaritaine côté nord, rue de Rivoli



Mots-clés de l'article : 1er arrondissement, LVMH, PLU, samaritaine


Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.