La boulagerie Heurtebise cède sa place à Eric Kayser


La boulangerie JP Heurtebise ferme définitivement ses portes le 31 octobre.


23 Octobre 2009 - 06:38
     

Ce matin à 7h, Francis Kayser, frère d'Eric Kayser, se rend à la boulangerie Heurtebise pour d'ultimes repérages techniques (aujourd'hui la cheminée). Fermée à la fin du mois, la boulangerie devrait être entièrement transformée aux couleurs de son nouveau propriétaire. Prévus en novembre, les travaux devraient durer jusqu'au début de l'année prochaine. L'inauguration est prévue au printemps 2010.
Eric Kayser remplacera bientôt la boulangerie Heurtebise
Eric Kayser remplacera bientôt la boulangerie Heurtebise

C'est en juin que Monsieur Heurtebise, sur le départ pour la retraite, reçoit une offre de la maison Eric Kayser. Après de multiples tractations, tout se règle. Eric Kayser achète la boulangerie et 12 des 14 salariés qui lui sont attachés, dont certains sont là depuis 20 ans.

Jean-Pierre Heurtebise part à la retraite le 31 octobre
Jean-Pierre Heurtebise part à la retraite le 31 octobre

Son voisin, l'épicerie Duroc, a aussi reçu une proposition d'achat. Un moment tenté, les épiciers ont finalement renoncé à vendre. La place Léon-Paul Fargue est très prisée. Les ouvertures en 2011 de l'Hôpital Necker et de La Poste avec plus de 2000 salariés à la clé, sans oublier la réouverture du domaine de Laennec en 2012, lui rendent un attrait qu'elle avait un peu perdu.
Place Léon-Paul Fargue : un emplacement de choix
Place Léon-Paul Fargue : un emplacement de choix


Mots-clés de l'article : 6e arrondissement, heurtebise, kayser

Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales... En savoir plus sur cet auteur

Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.