La guérilla des journaux de la mairie et du maire du 6ème

Sixième Tribune


En répondant à l’élu du PS, l’élu du Parti Radical révèle un disfonctionnement de « Notre 6ème », au risque de mécontenter les annonceurs.


4 Mai 2010 - 16:14
     

Les publications de la mairie du 6ème arrondissement agitent une fois de plus le conseil d’arrondissement. Lors du débat du 3 mai sur le vote du compte administratif de l’état spécial du 6ème, un voile est levé sur le mensuel « Notre 6ème ». Romain Lévy (PS) s’étonne que la dotation à l’investissement utilisée à 50% en 2009 ne soit pas utilisée pour augmenter la fréquence des parutions du journal d'arrondissement « 6xième infos », par ailleurs « mal distribué contrairement au journal politique » (NDLR : « Notre 6ème » le journal du maire). Pour Olivier Passelecq (PR), élu en charge de la Culture, « 6xième infos a un rythme de publication acceptable avec 2 parutions par an » et « Notre 6ème est très mal distribué justement » car « cette publication n’est pas routée mais distribuée ».

Deux journaux mis en concurrence : « 6xième infos » et « Notre 6ème »

Le premier, « 6xième infos », est « le bulletin d’information de la mairie du 6e de Paris » avec comme directeur de la publication le maire du 6ème Jean-Pierre Lecoq. Le nombre d’exemplaires n’est pas précisé sur le dernier numéro paru en septembre 2009 : 8 pages gratuites et sans publicité, financées grâce à une enveloppe allouée pour tous les frais de communication de la mairie d’arrondissement par l’Hôtel de Ville d'un montant de 45.000 euros par an, et servant au financement d'autres publications telles que « 6Scope » pour les Rendez-vous culturels de la mairie, etc.... L’opposition et la majorité d'arrondissement, non répartie en groupes distincts que sont l'UMP, le Nouveau Centre et le Parti Radical, disposent chacune d’un espace dédié, proportionnel à leur importance politique. Elle est réalisée par un service de la communication étoffé, suite au recrutement d’une deuxième personne, et distribuée par boitage. Le numéro 20 paru en septembre avec en Une des photos de la fête des commerçants de la rue de Tournon du 11 juin, sera bientôt rejoint par un numéro 21« pour que l’opposition ait sa tribune avant l’été » annonce le maire à l’issue du vote du compte administratif de l’état spécial auquel il ne pouvait pas assister. Le numéro 22 est prévu à l’automne.

Le deuxième, « Notre 6ème », a pour sous-titre « Le journal du 6ème arrondissement » avec Jean-Charles Bossard, 1er adjoint, en qualité de directeur de la publication. Edité par l’association « 6ème Union » depuis 20 ans, le mensuel affiche un prix de vente fictif de 2 euros, puisqu’il est distribué dans les boîtes aux lettres. Journal de Jean-Pierre Lecoq, l'opposition d'arrondissement n'y a pas sa place et nombre d'habitants le considèrent comme « le vrai journal municipal d'arrondissement ». Le numéro 233 du mois d’avril vient de paraître avec 8 pages de publicité permettant de financer la sortie du mensuel de 24 pages qui tire à 30.000 exemplaires, soit le nombre de boîtes aux lettres des particuliers et des entreprises dans le 6ème. Une réalisation de la société Cithéa Communication qui se charge de la vente d’espaces publicitaires dont une partie finance à 100% le journal du maire. Il en coûte ainsi de 350 euros HT à 2.805 euros HT à une entreprise pour faire sa publicité ou commander un publi-rédactionnel en pages intérieures.
Un rideau métallique transformé en boîte aux lettres
Un rideau métallique transformé en boîte aux lettres

Une distribution difficile

De plus en plus d’habitants se plaignent de ne pas recevoir « Notre 6ème » plus connu donc que « 6xième infos », et alors que « 6xième Infos », mieux fait en terme d’informations, se fait rattrapper par « Notre 6ème » qui s'améliore. Parmi eux, des adhérents à l’UMP qui ont du mal à comprendre que, par souci d'économie, le maire confie la distribution des 2 journaux à des distributeurs qui n’ont pas accès aux boîtes aux lettres de leurs immeubles à code, très nombreux dans l’arrondissement. Concernant « Notre 6ème », la solution mise en place pour remédier au problème, un numéro d'appel gratuit, n'est pas parfaite : les habitants doivent indiquer par téléphone à Cithéa Communication les codes d’accès de leur immeuble, ce qu’ils refusent le plus souvent de faire.

Contactée, La Poste précise qu’elle est la seule entreprise à disposer des accès à toutes les boîtes aux lettres de tous les immeubles et qu’il est interdit aux facteurs de faire entrer quelqu’un dans une propriété privée. La Poste rappelle également que la loi permet aux habitants de s’inscrire sur une « liste orange » pour être assuré de ne recevoir aucune publication non-désirée, fussent-elles du maire. La pollution des boîtes aux lettres par des tracts et publicités diverses en est la cause. Environ 8.000 adresses de particuliers dans le 6ème acceptent de recevoir les publicités (commerciales, politiques, ...) distribuées par La Poste.

Sauf à disposer des moyens financiers nécessaires, le problème de la distribution des journaux de la mairie officialisé par Olivier Passelecq ne semble pas prêt, pour le moment, d’être résolu. Il risque plutôt de mécontenter les annonceurs dont l’intérêt est d’être vu le plus possible.
Le 3 mai à 22h : Rencontre avec le journal du maire
Le 3 mai à 22h : Rencontre avec le journal du maire




Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales... En savoir plus sur cet auteur

Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.