Le cycliste voleur de sacs

Vol à l'arraché des sacs à mains de vieilles dames dans le 16e arrondissement de Paris.


Le cycliste s’approche de sa proie par l’arrière et lui arrache violemment son sac à main.


24 Mai 2011 - 17:09
     

© Maksym Protsenko - Fotolia.com
© Maksym Protsenko - Fotolia.com
Le service d’investigation transversale (SIT) enquête sur une série de 5 vols à l’arraché commis, entre le 24 février et le 23 avril 2011, dans le 16e arrondissement de Paris. Les victimes sont des femmes âgées de 75 à 91 ans, l’une d'elle ayant été gravement blessée au visage.
L’homme monté sur un vélo s’approche de sa proie par l’arrière et lui arrache violemment son sac à main.
2 autres faits similaires sont portés à la connaissance des policiers dont l’un a pour conséquence la fracture du col du fémur de la victime lui occasionnant 45 jours d’interruption temporaire de travail (ITT).
Suite à l’une de ces agressions, un homme correspondant en tous points au signalement de l’auteur fait l’objet d’un contrôle par la brigade anti-criminalité locale. Un dispositif de surveillance est alors mis en place dans le secteur concerné.
Le 4 mai 2011 vers 12h40, dans le 16e arrondissement, les policiers du SIT repèrent le cycliste s’approchant de femmes seules tentant de leur arracher leur sac à main ; assistés des effectifs locaux, ils procèdent alors à son interpellation.
Même si l’homme de 38 ans nie farouchement les faits, le SIT découvre lors de sa fouille à corps des effets dérobés aux victimes notamment 2 téléphones portables.
Déjà connu des services de police, il est déféré au Parquet de Paris en vue de l’ouverture d’une information.


Source : Service de la communication de la Préfecture de police de Paris.





Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.