"Le patron de Facebook fait son mea culpa"

Paris Tribune.fr


Source : France 24, le 24 mai 2010.


25 Mai 2010 - 07:01
     

Mark Zuckerberg, fondateur et PDG du réseau social Facebook, s'est fendu d'une tribune libre dans le Washington Post du 24 mai. Celui qui, alors étudiant, selon le site businessinsider "qualifiait d’imbéciles les personnes qui mettaient leurs données personnelles en ligne" a fait savoir que les utilisateurs contrôleront mieux la publication de leurs données personnelles.
Les médias se sont déchaînés contre Facebook qui ne protégerait pas assez la vie privée de ses utilisateurs : le New-York Times et le Guardian ont pointé dans leurs éditoriaux le parcours du combattant des membres pour protéger leurs données, tant les réglages sont fastidieux et les méandres du site difficiles à emprunter. Même le Times a titré en une sur la dérive de Facebook. Businessinsider a également établi "que Facebook avait vendu des profils d’utilisateurs à des agences de publicité".

Mais c'est la critique selon laquelle Facebook aurait supprimé les comptes des personnes critiquant le site - une affirmation démentie par Facebook - qui a fait sortir de son silence le jeune millardaire de 26 ans. Dans le "Wall Street Journal", le PDG "a reconnu pour la première fois que certaines décisions récentes avaient été "des erreurs". Parmi elles, "l'annonce de nouvelles règles qui rendaient accessibles par défaut la plupart des données privées des quelques 500 millions d’utilisateurs du site".



Mots-clés de l'article : facebook, france, Mark Zuckerberg, monde


Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.