Le trousseau de clés volé de l'hôpital

Le voleur entrait avec ses 7 clés dans l'établissement hospitalier dans le 20e arrondissement de Paris.


Vols à répétition dans un hôpital du 20e arrondissement.


10 Mars 2011 - 21:48
     

© herreneck - Fotolia.com
© herreneck - Fotolia.com
Du matériel informatique de l'hôpital du 20e arrondissement est dérobé à la fin du mois de janvier 2011 et 15 plaintes d’employés et de patients sont enregistrées. Les policiers du commissariat mènent leur enquête.

Le 8 mars 2011, ils interpellent un homme de 18 ans. Depuis plusieurs semaines, il était vu dans l’enceinte d’un centre hospitalier parisien, en possession d’un passe général et à de nombreuses reprises dans les couloirs de l’hôpital par les agents de sécurité. Lors de la perquisition de son domicile, les policiers découvrent : un trousseau de 7 clefs de l’établissement, 6 unités centrales, 3 écrans d’ordinateur, 4 claviers, 3 disques durs externes, 6 souris, 18 clefs USB, 2 cartes SIM, un ordinateur et 4 téléphones portables, ainsi que des documents d’identité et une carte bleue d’une tierce personne.
Il s’est emparé du passe à l’occasion du cambriolage commis fin janvier 2011 à l’hôpital et s’y rendait depuis régulièrement pour dérober du matériel informatique. Quant aux documents trouvés lors de la perquisition, ils les a volés à un agent d’une administration de la commune de Bagnolet.
Il vient d'être déféré le 10 mars 2011 en vue d’une comparution immédiate.

Source : Service de la communication de la Préfecture de police de Paris.



Mots-clés de l'article : 20e arrondissement, bagnolet, clés, faits divers, hopital

Théo Cyiva
Coordinateur des articles sur les faits divers. En savoir plus sur cet auteur

Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.