Les voleurs de 640 paquets de couche-culottes arrêtés

Les vols de couches culotte dans une maternité du 12ème arrondissement de Paris enfin expliqués.


Les auteurs de vols de couche culottes perpétrés en mai, juin et août démasqués.


22 Septembre 2010 - 07:01
     

640 couches culottes volées dans un hôpital du 12ème arrondissement de Paris
640 couches culottes volées dans un hôpital du 12ème arrondissement de Paris
Suite au vol, le 29 mai et le 5 juin, à la réserve de la maternité d'un hôpital dans le 12e arrondissement de Paris de 316 paquets de couche culottes, une plainte est déposée par le service de sécurité de l'hôpital le 1er juillet. En dépit des caméras installées dans la réserve, les policiers du 12ème arrondissement ne peuvent identifier l'un homme et la femme vus sur les images.
Fin août, une nouvelle plainte est déposée par l’hôpital pour le vol de 324 paquets de couches supplémentaires, ainsi que l’ordinateur de vidéo-protection et le serveur informatique dédié à l’enregistrement des vidéos. Le préjudice total de l’ensemble des vols s’élève à 15.000 euros.
Ce sont les photographies qui permettent d'identifier les deux voleurs. L’homme, interpellé le 16 septembre sur son lieu de travail et placé en garde à vue, nie les faits. Confronté aux images, il finit par reconnaître et avoue l'identité de sa complice. Interpellée à son tour, celle-ci reconnaît également les faits. Tous les deux sont déferrés au parquet de Paris. L'homme était un vigile de nuit de l'hôpital et la femme, agent d'entretien dans une crèche du Val-de-Marne. Tous deux expliquaient leur geste par des problèmes d’argent.

Source : Service de la communication de la Préfecture de police de Paris.





Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.