Loi Macron : "Peu importe qu'un chat soit blanc ou gris pourvu qu'il attrape des souris" Deng Xiaoping

In Tribune des élus dans Paris Tribune.


Communiqué de presse de Jérôme DUBUS, conseiller de Paris UMP du 17ème arrondissement


28 Janvier 2015 - 00:10
     

© DR
© DR
Loi Macron : 
"Peu importe qu'un chat soit blanc ou gris pourvu qu'il attrape des souris" Deng Xiaoping
 
Pour Jérôme Dubus, conseiller de Paris UMP, si la loi Macron lève incontestablement des verrous réglementaires et simplifie certaines procédures, elle ne va pas assez loin, et ne permettra pas de créer le choc attendu sur l’économie française, permettant de relancer durablement la croissance.

Pour autant, la rejeter serait un très mauvais signal. Non seulement envers les entreprises, mais également envers les français.

Jérôme Dubus rappelle en effet que selon un sondage récent de l’institut Odoxa, 61% des français voteraient la loi Macron s’il étaient députés, tant les sympathisants de gauche que de droite.

Pour Jérôme Dubus, l’économie n’est ni de gauche, ni de droite. Les français ont compris cela, mais qu’en est-il des parlementaires ? Il en appelle à leur responsabilité, au delà des clivages politiques. "Peu importe qu'un chat soit blanc ou gris pourvu qu'il attrape des souris" disait Deng Xiaoping.

La hausse continue du chômage ne permet plus d’attendre, ni de polémiquer. Les chiffres du mois de décembre sont encore un coup dur pour les français: + 0,8% … On arrive donc à une hausse de 6,4%  pour la seule année 2014 !

La loi Macron, étape vers la libéralisation de l’économie française et enfin, vers la croissance, doit impérativement avoir le soutien du plus grand nombre.



Mots-clés de l'article : 17e arrondissement, jérôme dubus, macron, tribune


Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.