Manifestation pour les cheminots à Paris : la Préfecture publie son bilan, Sud Rail proteste

Manifestation à l'initiative de Sud Rail à Paris le mardi 3 avril 2018.


La manifestation « a rassemblé environ 2700 personnes » selon la Préfecture de police dont « 100 individus cagoulés et violents ».


4 Avril 2018 - 21:11
     

Manifestation Sud Rail à Paris le 3 avril 2018 © DR
Manifestation Sud Rail à Paris le 3 avril 2018 © DR
L'ambiance est électrique, comme en témoignent les slogans et banderoles des manifestants ce mardi 3 avril 2018 à Paris : 
« C’est pas dans les salons, qu’on obtiendra satisfaction »
« De l’argent, il y en a, dans les caisses du patronat et l’argent, on l’prendra, dans les caisses du patronat ! »
« Tous ceux qui ont, ils l’ont volé, Partage du travail, Partage des richesses, Sinon ça va péter »

Le syndicat Sud Rail dénonce au lendemain de la manifestation des atteintes aux libertés publiques et « une répression sur les grévistes (...) qui n’a qu’un seul but, nous faire rentrer dans le rang, alors même que les grévistes se battent pour leurs conditions de travail et pour la défense du service public ferroviaire ».

Le bilan de la Préfecture de police de Paris

Ce mardi 03 avril une manifestation déclarée, organisée à l’initiative de Sud Rail, a cheminé au départ de la gare de l’Est et en direction de la gare Saint Lazare.

Cette manifestation a rassemblé 2700 personnes dont un groupe de 100 individus cagoulés et violents. A hauteur de la rue de Maubeuge et du Boulevard de Rochechouart ces individus se sont livrés à des dégradations de vitrines de magasins et de mobilier urbain obligeant les forces de l’ordre à intervenir pour faire cesser les troubles. 5 personnes ont été interpellées.

Dans ce contexte, alors que la tête de cortège arrivait à proximité de l’église Notre- Dame de Lorette, le préfet de Police a pris la décision de mettre fin à la manifestation. L’organisateur a été invité, en conséquence, à appeler à la dispersion du rassemblement qui s’est effectuée dans le calme.

Préfecture de police de Paris, le 3 avril 2018.






Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.