Maurice Gardette : un hommage de plus

Une subvention pas comme les autres au conseil du 11e arrondissement de Paris.


Une deuxième plaque commémorative à la mémoire de Maurice Gardette va être installée au coeur du square du même nom, dans le 11e arrondissement.


La rédaction avec la participation de Louise Wessier
6 Juillet 2011 - 14:16
     

Au 113 rue du Chemin Vert est apposée une plaque commémorative à la mémoire de Maurice Gardette. Mais les élus du 11e arrondissement, et principalement Philippe Ducloux, conseiller de Paris, ne souhaitent pas s'arrêter là. Lors du conseil du 11e arrondissement le 30 juin 2011, ils votent pour l'installation d'une nouvelle plaque au nom de Maurice Gardette, cette fois-ci au 2 rue du Général Blaise, au sein même du square Maurice Gardette. Soit 5.584 euros pour un troisième hommage.

Conseiller municipal du 11e arrondissement, Maurice Gardette (1895-1941) est arrêté par les autorités françaises au début de la Seconde Guerre mondiale en tant que communiste. Interné dans un camp, il est livré aux allemands comme otage et fusillé le 22 octobre 1941 avec 26 autres personnes à Châteaubriand.
En plus de la plaque apposée au 113 rue du Chemin Vert où il résidait, l'un des plus beaux espaces verts du 11e arrondissement, l'ancien square Parmentier (1737-1813) porte son nom. Bâti en 1872 à l’emplacement des anciens abattoirs de Ménilmontant, détruits en 1867 et déplacés par mesure d'hygiène à la Villette, avec les autres abattoirs de Paris, le square Maurice Gardette est fermé 3 mois pour travaux au début 2010 pour restaurer l'éclairage public et installer un système d'arrosage automatique. Il offre plus de 40 espèces de végétaux avec de beaux massifs de plantes vivaces, comme des roses trémières, des asters ou des iris, aux pieds d’arbres d’essences différentes : orme de Sibérie, érable sycomore, marronnier d’Inde, arbre à soie, bouleau verruqueux, copalme d’Amérique, magnolia, pin noir, séquoia géant et bien d'autres... D'une surface de 9.852 m², c'est un lieu tranquille et abrité, qui permet aux plus jeunes de s'amuser, pendant que d'autres se prélassent aisément dans l'herbe. Une statue en bronze de Jacques Perrin (1874-1915), installée en 1891 (Le Botteleur, 1888, ou un paysan au travail dans les champs), ayant échappé à la refonte durant l'Occupation, et un kiosque à musique d'époque (1899) donnent au lieu une histoire.
Maurice Gardette : le square et la plaque existante. Photo : Louise Wessier.
Maurice Gardette : le square et la plaque existante. Photo : Louise Wessier.

Et alors qu'au Conseil de Paris du 20 et 21 juin 2011, Anne Hidalgo, au nom de l'exécutif, demande aux maires d'arrondissement de trouver des noms de femmes à honorer, le 11e arrondissement souhaite apposer une 2e plaque en l'honneur d'un homme déjà distingué. Un oubli de la part de Patrick Bloche, maire du 11e arrondissement ?





Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.