Maximilian Volochine dans le Paris de la Belle Epoque

Sixième Tribune


C’est dans le très beau salon du vieux colombier de la mairie du 6ème, qu’a lieu l’exposition présentant l’artiste russe Maximilian Volochine (1877-1932). Pendant 3 semaines, cette exposition révèle les différentes œuvres de ce poète, critique et peintre. A voir absolument avant le 25 juin !


Marguerite de la Meslière
17 Juin 2010 - 15:32
     

Pas de foule, pas de bruit. Au premier regard, peu de monde dans la salle, sans doute du au fait que nous sommes en plein après-midi. Cette absence de visiteurs nous plonge dans une atmosphère paisible : quoi de plus agréable que de se poser sur un banc et d’admirer une peinture ? Aucun risque d’être dérangé par l’affluence de personnes autour d’une production de Volochine, pas de bousculades, ni d’affrontements pour occuper les quelques places assises. Alors on regarde, timidement, on jette un coup d’œil sur un tableau, une photo… Intéressant ! Curieux, on suit une promenade tout au long de la salle qui se finit sur une mezzanine. Au fil de l’exposition, on apprécie la qualité des critiques sur des peintres comme Vincent Van Gogh, Odilon Redon, Paul Gauguin. On découvre un esprit raffiné et délicat dans les poèmes exposés.
Autoportrait de Volochine, photo de Volochine, Paris 1905. Photographie, coll, V.P Kouptchenko
Autoportrait de Volochine, photo de Volochine, Paris 1905. Photographie, coll, V.P Kouptchenko

Les amateurs présents expriment beaucoup d’admiration pour cet homme, qui sait manier son crayon ou pinceau avec douceur et légèreté. « J’aime bien tout ! J’aime la poésie, c’est extraordinaire ! » dit Veronica Pereverzev, comédienne ukrainienne, devant un des tableaux du maître : « C’est un grand philosophe, humaniste, comme peintre et comme artiste ! ».
Maria Biscar explique que la dernière exposition proposé à la mairie du 6ème ne lui avait pas plus. Ne connaissant pas Volochine, elle le découvre, et confie : « Je prenais les Russes pour des sauvages » Au travers de cette présentation elle les trouve désormais « sérieux », et « l’exposition est claire (…) bien conçue, bien pensée, elle est agréable à regarder. »
N’attendez pas le 25 juin pour y aller ! On se plaît à aimer autant l’artiste que ses œuvres.

Exposition Maximilian Volochine jusqu'au 25 juin.
Salon du Vieux-Colombier,à la mairie du 6ème, 78 rue Bonaparte 75006 Paris.
Horaires: du lundi au vendredi de 11h30 à 17h, le jeudi jusqu'à 19h, le samedi de 10h à 12h.
MAREVNA, hommage aux amis de Montparnasse (Volochine, Soutine, Gorki, Marevna, Ehrenbourg, Zadkine), Paris, 1915, huile sur panneau, 160x305 cm. Musée du petit Palais, Genève.
MAREVNA, hommage aux amis de Montparnasse (Volochine, Soutine, Gorki, Marevna, Ehrenbourg, Zadkine), Paris, 1915, huile sur panneau, 160x305 cm. Musée du petit Palais, Genève.


Lire aussi




Mots-clés de l'article : 6e arrondissement, maxililian volochine, Russe, russie





Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine