Nuit des débats : aucun débat dans les cafés et bars du 2e arrondissement

IIe arrondissement de Paris (Paris Tribune), 2 avril 2016 : la nuit des débats commence à 16h


Huit débats organisés dans le 2e arrondissement dans la seule mairie d'arrondissement.


2 Avril 2016 - 15:41
     

Nuit des débats dans le 2e arrondissement de Paris © Franck Thomasse - Fotolia.com
Nuit des débats dans le 2e arrondissement de Paris © Franck Thomasse - Fotolia.com
Huit débats sont organisés dans le 2e arrondissement dans le cadre de la Nuit des Débats suite à l'invitation d'Anne Hidalgo qui dans un courrier en date du 24 février 2016 "souhaite que les cafés et les bars parisiens puissent prendre pleinement part à cet événement festif". Leur participation se concrétise par "l'accueil dans vos commerces de débats organisés  par les Parisiens qu'ils soient regroupés en association ou qu'il s'agisse d'initiative plus individuelles" précise la Maire de Paris avec à leur disposition "un  kit d'organisation des débats".
Selon la Mairie de Paris, aucun café ou bars n'a répondu favorablement à l'invitation d'Anne Hidalgo. Seule la mairie du 2e arrondissement organise des débats. 

Mairie du 2e arrondissement, 8 rue de la Banque 75002 Paris : 
16h : Les pesticides et la santé
16h : "Chômeurs" : outsiders ou précurseurs ?
18h : Jusqu’où peut-on aller sur le climat ?
18h : Comment améliorer le dialogue entre les citoyens et les politiques ?
18h30 : L'investissement durable
19h : No Money, une société sans argent
19h : Pour lutter contre l'isolement social, est-il nécessaire de faire appel à l'autre ou peut-on s'en sortir seul ?
20h : La société peut-elle vivre sans argent ?

Source : Mairie de Paris.



Mots-clés de l'article : 2e arrondissement


Tahiti | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.