Objets d'art : brocanteurs receleurs repérés

Interpellation de deux brocanteurs receleurs présumés à Vanves (92).


Certains des objets d'art volés se trouvent dans le catalogue d'un commissaire parisien ; les recherches s'orientent vers une brocanteuse à Vanves.


17 Avril 2011 - 15:01
     

© Simon Coste - Fotolia.com
© Simon Coste - Fotolia.com
Les lettres manuscrites volées sont celles d’Ernest Legouvé, aïeul du propriétaire de la résidence secondaire de Seine-Port (77) cambriolée en avril 2009. Des centaines de lettres manuscrites sont dérobées. Il s’agit de la correspondance d’Ernest Legouvé, aïeul du propriétaire des lieux, avec des personnages célèbres du XIXème siècle – Alphonse Daudet, Alexandre Dumas, Emile Zola, etc.
C’est en compulsant le catalogue de vente d’un commissaire priseur parisien que la victime du vol, descendant de l’auteur, découvre certaines de ces lettres. Le 7 avril 2011, il le signale au groupe de répression des vols d’objets d’art de la brigade de répression du banditisme (BRB).
Les enquêteurs remontent jusqu’à une brocanteuse de Vanves (92). Elle et son mari sont interpellés le 11 avril.
Si la perquisition de leur domicile s’avère vaine quant aux lettres, les policiers découvrent une gravure volée à l’occasion du même cambriolage ainsi qu’un lot de gravures de Max Ernst dérobées en octobre 2007 et sur lesquelles le groupe avait enquêté et déjà mis en cause le mari. Elles faisaient partie d’un lot d’objets d’art achetés à un homme connu pour ce type de vol ; il lui avait confié les lettres à une autre occasion.
Le couple a été déféré.

Source : Service de la communication de la préfecture de police de Paris.



Mots-clés de l'article : faits divers, vanves

Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.