Ma'ohi Tribune Ma'ohi Tribune

Mā'ohi Tribune
Météo Faa'a www.my-meteo.com



« Paris sans sida » se coordonne depuis Berlin à temps partiel pour 1682 euros net par mois

La Mairie de Paris et sa coordination depuis Berlin de sa stratégie « Paris sans sida » à l’horizon 2030


Le Delanopolis s'amuse d'un Edwy Plenel qui « accuse indistinctement les partisans de Fillon et la "fachosphère" de calomnier sa petite famille », après que des révélations aient fait état du recrutement de sa fille vivant à Berlin par la Ville de Paris.


10 Février 2017 - 10:40
     

Le Delanopolis titre : "Papa Edwy Plenel fait un caca nerveux ! Le Delanopolis arrive pour le nettoyage !" Il épingle Edwy Plenel, journaliste et président de Mediapart, après que ce dernier ait titré le 9 février 2017 "une mise au point" : "Une calomnie doublée d'une crapulerie". 
Edwy Plenel dénonce "les soutiens de François Fillon" et une "attaque (de sa) fille pour salir le journal dirigé par le père est déjà un procédé détestable. Le faire en diffusant des fausses informations ajoute à l’ignominie".  


Edwin Plenel est proche de la Mairie de Paris. Il occupe des locaux, les loue, pour les activités de Mediapart et les siennes avec des conférences. Mais sa fille Eve Plenel de la Ville de Paris est toute proche : "choisie en avril 2016 par la mairie de Paris", elle perçoit un salaire de "1682 euros net pour un temps partiel", et elle observe la Ville de Paris depuis Berlin en Allemagne où elle vit, "pour coordonner la stratégie de « Paris sans sida » à l’horizon 2030". C'est vrai que la supériorité d'un virus par rapport à un être humain, c'est que le virus passe sans visa toutes les frontières.





Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales... En savoir plus sur cet auteur

Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger | Cités


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.