Philippe Poutou : smic à 1600 euros et annulation de la dette et de ses intérêts

Présidentielles 2012 : J-90 avant le 1er tour.


4 idées du NPA pour contribuer en tant que candidat au débat des élections présidentielles.


25 Janvier 2012 - 14:09
     

Philippe Poutou annonce 4 mesures-phares du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) pour sa participation à l'élection présidentielle. Lui est candidat qui n'est pas un professionnel de la politique. L'opportunité pour cet ouvrier à mi-temps à l'usine Ford de Blanquefort en Gironde, c'est de pouvoir faire passer des idées en s'appuyant sur son expérience.

À 19h45, les chants et les applaudissements accueillent le candidat à la présidentielle Philippe Poutou sur scène.
Le discours du candidat, ouvrier dans une usine automobile, se transforme alors en présentation du programme du parti pour les prochaines échéances présidentielles.
Décontracté, Philippe Poutou débute son discours par un clin d’œil ironique à la perte du triple AAA : « 8 jours après on voit que ce n’était pas si grave : l’euro remonte et on nous dit que les banques s’étaient préparées ».
Avec des phrases simples et à la portée de tous, le candidat poursuit en parlant de la crise. « Mais quelle crise ? Il en existe deux types : la crise du chômage […] et la crise de la bourse » s’exclame-t-il.
Le candidat dénonce les plans de suppression d’emplois quotidiens dans les secteurs publics et privés, la question de l’accès aux soins, à l’éducation mais aussi le mal-logement. Alors qu’il énumère les profits du CAC 40 en hausse et l’industrie du luxe qui ne fléchit pas le candidat proclame : « Crise ou pas, ils veulent nous la faire payer et ils s’attaquent au coût du travail », en référence aux ouvrières de Lejaby, dont l’usine en Haute-Loire vient d’être fermée. Elle serait reprise par un consortium qui ferait la part belle à son ancien sous-traitant tunisien.
Il sait de quoi il parle : il a la chance de travailler dans une usine qui a bien failli être rayée de la carte. La fermeture de l'usine Ford à Blanquefort en Gironde, annoncée depuis 2007, était prévue en avril 2010. A force de discussions, avec tous les acteurs économiques dont les salariés, Ford modifie sa stratégie industrielle : la Gironde, c'est mieux que la Chine. Les dirigeants rachètent l'usine de Blanquefort en décembre 2010 et 1000 emplois sont sauvés. Depuis, Ford affiche une bonne santé financière et une usine Ford est en passe d'être créée en Allemagne ou au Royaume-Uni.

Philippe Poutou à la tribune lors de la première fête à Paris du NPA - Photo : GB.
Philippe Poutou à la tribune lors de la première fête à Paris du NPA - Photo : GB.

345 promesses de parrainages sur 500

Philippe Poutou annonce les 4 mesures d’urgence qu’il prendrait s’il accédait au statut présidentiel :
1 - « la mise en place d’un bouclier social avec une augmentation de 300 euros sur tous les salaires et un SMIC à 1600 euros nets »
2 - qui serait permis par la récupération de l’argent où il se trouve soit « des impôts de 50% pour toutes les sociétés,
3 - l’annulation de la dette et
4 - l’arrêt immédiat du paiement des intérêts de la dette, de 48 milliards d’euros en 2011 »
.

Le leader du NPA souhaite également une sortie du nucléaire d’ici 10 ans et le développement des énergies renouvelables. « Il faut mener une politique qui réponde aux besoins de la population et de l’environnement », dit celui qui veut rendre les transports en communs gratuits pour tous mais aussi régulariser tous les sans papiers et accorder le droit de vote local et national aux immigrés.
En finissant, Philippe Poutou annonce clairement qu’il « faut dégager Sarko et sa bande, les Morano et autre Guéant » et ne manque pas de tacler non plus le parti socialiste : « François Hollande n’a pas les bonnes solutions car il ne pose pas les bonnes questions ».
En rappelant que « notre adversaire à tous, c’est le capitalisme mondial », le candidat du NPA clame que les élections ne suffiront pas car « il faut que la population se batte au même moment ».
Acclamé par le public à la fin de son discours, l’éventuel futur président, qui n’a recueilli que "350 signatures pour le moment", sait qu’il n’est pas seul dans son combat radical. Mais l'un des seuls à réclamer l'annulation de la dette.


- Article du 13 février 2012 : Combien de candidats au 1er tour de l'élection présidentielle ?
- 13 février 2012 : Election présidentielle : la QPC de Marine Le Pen étudiée le 16 février, réponse avant le 22 février.
- 9 février 2012 : 11 000 euros pour obtenir 500 signatures.
- 1er février 2012 : Collecte de 500 promesses de signatures : le délai est rallongé de 7 jours.





Océanie | Région Pacifique | Paris Ile-de-France | Scope | Paris News Post | France Europe | A l'étranger


Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube


Actualités, la boîte à archives

 

La CEDH condamne la violation de la liberté d’expression : les explications

 

Dans cette affaire, deux policiers syndiqués sont attaqués par un maire pour leurs propos.