Pierre Huyghe au Centre Georges Pompidou et à la Galerie Marian Goodman

Voir l'oeuvre vidéo "The Host and the Cloud" de Pierre Huyghe dans le 3e et 4e arrondissement de Paris.


L'artiste vidéaste Pierre Huyghe, une pointure de l'art actuel présente son oeuvre au centre Pompidou et à la galerie Marian Goodman.


Garance Hacker
20 Octobre 2010 - 07:01
     

Le Centre Pompidou accueille du 21 au 24 octobre pendant la Foire Internationale d'Art Contemporain (FIAC) l'oeuvre "The Host and the Cloud" ("L'Hôte et le Nuage") de Pierre Huyghe, un film de 2h30 réalisé avec l'aide d'un membre de l'équipe des frères Coen.

Le plasticien, vidéaste, architecte et designer français est aussi réalisateur. Il a filmé trois soirées : Halloween le 31 octobre, la Saint-Valentin le 14 février et le 1er mai au musée des arts et traditions populaires (ATP) à côté du jardin d'Acclimatation dans le 16ème arrondissement.
Le principe des soirées est étrange : 15 acteurs, placés au milieu de vitrines, rejouent des scènes historiques, comme le couronnement de l'empereur Bokassa, le procès d'Action directe... entouré d'un public composé d'artistes et d'intellectuels ayant carte blanche dans leur gestuelle. Le tout enregistré sur des airs comme ceux de Prokofiev, ("Pierre et le loup"), de Debussy...
Dans l'oeuvre vidéo, ces trois soirées et les personnages qui les occupent font partie de l'inconscient d'un lapin dessiné sortit tout droit des locaux parisiens de Film Factory.
Pierre Huyghe s'est souvent interrogé sur les rapports entre le réel et la fiction ; ce film montre son analyse sur le sujet.
Les oeuvres de l'artiste sont également visibles dès le 23 octobre 2010 à la galerie Marian Goodman.
Pierre Huyghe, The Host and the Cloud, 2009-2010 (l'Hôte et le Nuage)
Pierre Huyghe, The Host and the Cloud, 2009-2010 (l'Hôte et le Nuage)

Du 21 au 24 octobre 2010 au Centre Pompidou, place Georges Pompidou 75004 Paris.
Tél : 01 44 78 12 33 - Tél public handicapé : 01 44 78 16 73. Entrée pour les handicapés moteurs et public non voyant rue du Renard angle Saint-Merri.

www.centrepompidou.fr

A partir du 23 octobre 2010 à la Galerie Marian Goodman, 79 rue du Temple 75003 Paris.
Tél : 01 48 04 70 52 - Horaires d'ouverture : du mardi au samedi 11h - 19h.

www.mariangoodman.com









E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine