Chroniques
Ma'ohi Tribune Ma'ohi Tribune

 

    'Ia ora na / Bonjour / Hello


    'A fa'ari'i mai i tō mātou aroha / Reçois notre salut / Three-language greeting of peace !

 

    Ihi o te reva / La météo / Weather service : à Tahiti - Faaa

 


Météo - Tutiempo.net

Présentation de la ZSP du quartier Chateau Rouge

18e arrondissement : la Zone de Sécurité Prioritaire à Chateau-Rouge.


     

Le commissaire divisionnaire Clouzeau présente le dispositif de la Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) dans le 18e arrondissement.


8 Octobre 2012 - 18:15

Une réunion avec tous les partenaires impliqués dans les actions à mener dans la Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) du 18e arrondissement s’est tenue le 27 septembre 2012 à la préfecture de police.

Interview vérité sur un quartier difficile

L'occasion pour la cellule communication de la préfecture de communiquer sur cet événement avec une interview du commissaire divisionnaire Mathieu Clouzeau * en 4 questions :

Question : "Pourquoi la première ZSP parisienne a-t-elle été implantée dans votre arrondissement ?"

Commissaire divisionnaire Clouzeau : "Le secteur Château Rouge-Goutte d’Or, sur lequel porte la ZSP, dénombre près de 20.000 habitants, auxquels il faut ajouter une très nombreuse population de passage. Cosmopolite et vivant, c’est un quartier qui concentre des questions de délinquance mais aussi des problématiques de physionomie.
En matière de délinquance pure, nous déplorons en premier lieu la prégnance des stupéfiants avec de multiples points de 'deal de rue' et une présence forte de polytoxicomanes. Les vols avec violence, ensuite, sont un sujet de préoccupation, ainsi que les vols à la tire ('pickpocket' ), notamment dans les stations de métro. Enfin, nous devons travailler sur le recel aux abords du métro Barbès afin d’éradiquer le trafic d’objets volés".


Question : "Mais au delà des questions de délinquance, vous semblez dire que la population attend une action forte sur d’autres problématiques ?"

Commissaire divisionnaire Clouzeau : "Oui. Les questions de physionomie, de dégradation de l’espace public, sont vécues très négativement par les riverains qui les perçoivent comme un échec de l’autorité publique. La vente à la sauvette sous toutes ses formes, le racolage, la consommation d’alcool sur la voie publique (et ses corollaires que sont les regroupements, tapages, mictions, saleté…) peuvent paraître dérisoires quand on ne les subit pas au quotidien, mais la concentration de ces nuisances sur ce secteur depuis des années en font un véritable enjeu à propos duquel la population attend une action des pouvoirs publics pour les résorber".

Question : "Au regard des infractions que vous venez de mentionner, quel est votre plan d’action ?"

Commissaire divisionnaire Clouzeau : "Beaucoup de mesures ont déjà été engagées, et depuis des années, sur ce quartier : GLTD (groupe local de traitement de la délinquance), plan stupéfiants, contrat local de sécurité, périmètre à sécurisation renforcée… Force est pourtant de constater que les résultats ne sont pas à la hauteur des enjeux, mais qu’en aurait-il été si ces actions n’avaient pas été engagées ?
Aussi, le plan mis en œuvre dans le cadre de la ZSP doit-il être innovant et impliquer de façon coordonnée tous les acteurs concernés afin de travailler sur les causes des difficultés et non seulement sur leurs symptômes
.

Ce plan comporte quatre volets :
- Le premier est judiciaire ; il associe très largement la police judiciaire et est particulièrement ciblé sur les stupéfiants, le proxénétisme, les vols (avec violence et à la tire) et le recel.
- Le deuxième volet, portant sur l’occupation de la voie publique, vise à assurer une présence visible, durable et dissuasive des forces de police sur le secteur ; outre un îlotage renforcé, nous allons multiplier les opérations de sécurisation et de contrôle, intensifier les actions contre la vente à la sauvette, la consommation d’alcool et la miction sur la voie publique, réprimer le stationnement anarchique ou abusif…
- Le troisième volet, axé sur la police administrative, ciblera tous les commerces du secteur qui, de par leur mode d’exploitation, sont générateurs de nuisances. Les débits de boissons (officiels ou de fait), les restaurants, les épiceries, les salons de coiffure, les taxi-phones ou cybercafés, etc.., feront l’objet de contrôles poussés par tous les services compétents (commissariat, hygiène, URSSAF, inspection du travail, impôts, douanes…).
- Enfin, un volet partenarial impliquera les autres acteurs afin de travailler sur la prévention et l’environnement du secteur (éducation nationale, propreté, voirie, espaces verts, direction de la prévention et de la protection de la ville, bailleurs, GPIS…).
Le dispositif est placé sous la triple autorité du Préfet de Police, du Procureur de la République et du Maire du 18e arrondissement. J’ai, pour ma part, la responsabilité de la coordination et de la mise en œuvre opérationnelle du plan d’action."


Question : "Comment l’efficacité de ce plan d’action sera-t-elle évaluée ?"

Commissaire divisionnaire Clouzeau : "C’est un point très important et innovant du plan du 18e. Nous avons souhaité aller au-delà des indicateurs quantitatifs traditionnels, en impliquant des représentants de la population dans le suivi et l’évaluation de la ZSP. A cette fin, un panel d’habitants sera constitué (collectifs de riverains, associations, amicales de locataires, commerçants, bailleurs…) et associé très régulièrement aux réunions de coordination afin de pouvoir échanger directement avec les acteurs du plan. En outre, un questionnaire permettant de recueillir le ressenti qualitatif sera établi et diffusé à échéance régulière.
L’ensemble de ces éléments permettra d’évaluer la réussite du plan d’action et, le cas échéant, d’en adapter les objectifs et modes d’action"
.

Le lendemain de la publication de cette interview le 3 octobre 2012 dans le Panorama hebdomadaire électronique de la préfecture de police de Paris, une bagarre éclate en soirée au square Léon entre des CRS et une quarantaine de personnes. Les CRS doivent demander des renforts.
Le commissaire divisionnaire ayant évoqué un "panel d'habitants", ces derniers souhaitent en savoir plus sur les circonstances de cet événement à l'aide notamment des vidéos des caméras de vidéoprotection.
Mais si la préfecture ne transmet aucune image, il n'y a pas de son non plus : pour le moment, c'est silence radio.


* Mathieu Clouzeau, commissaire divisionnaire, à la tête du commissariat du 18e, pilote la coordination entre les directions de la préfecture de police que mobilise la ZSP : directions de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne, de la police judiciaire, du renseignement, du transport et de la protection du public, ainsi que de l’ordre public et de la circulation.


Source : Service de la communication de la préfecture de police de Paris.

Le quartier de Chateau-Rouge, une ZSP unique à Paris :
Article du 8 octobre 2012 : Premiers résultats connus de la ZSP à Chateau-Rouge.
© wellphoto - Fotolia.com
© wellphoto - Fotolia.com



Mots-clés de l'article : 18e arrondissement, mathieu clouzeau, ZSP





E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 19 Juillet 2021 - 21:00 14e Traversée en véhicules d'époque

Vendredi 9 Avril 2021 - 00:00 Paris : braquage avenue Georges V

Tahiti | Paris Ile-de-France | France | Europe | A l'étranger | Paris News Post | Editions | Ils sont cités | Scope