Présumé voleur de voitures interpellé porte de Montrouge

14e arrondissement : Fait divers de vols et tentatives de vol dans des voitures Porte de Montrouge 75014 Paris.


Les policiers bloquent momentanément 2 rues à la recherche de voitures qui auraient fait l'objet de vols.


11 Août 2012 - 16:10
     

Alerte aux vols de voitures le 9 août 2012 peu avant 20h. Deux véhicules de police stationnent au milieu de la rue Poirier de Narçay et de la rue de Coulmiers, empêchant momentanément toute circulation en voiture dans ces 2 rues situées entre la Porte d'Orléans et la Porte de Montrouge dans le 14e arrondissement de Paris.

Alertés, les policiers mettent la main sur un suspect numéro 1, un homme soupçonné d'avoir vandalisé des voitures en plein jour dans plusieurs rues passantes à sens unique dans un quartier tranquille : rue Friant où il a été interpellé, rue de Poirier de Narçay et la rue de Coulmiers ; 2 petites rues, parallèles entre elles et perpendiculaires, d'un côté à l'avenue du Général Leclerc et la Porte d'Orléans, et de l'autre côté à la rue Friant donnant sur la Porte de Montrouge.

Menotté, le présumé voleur a été embarqué dans une première voiture ; des sacs contenant des objets sont emportés dans une deuxième voiture.

Un policier demande à un automobiliste qui monte dans sa voiture garée rue Friant : "pouvez-vous vérifier que rien n'a été volé dans votre voiture ?" L'homme monte dans son véhicule et déclare : "Non, tout va bien".

D'autres policiers inspectent chaque voiture stationnée, sous les roues, à travers les vitres, pour déceler d'éventuelles visites.
Voleur présumé menotté rue Friant dans le 14e arrondissement de Paris.
Voleur présumé menotté rue Friant dans le 14e arrondissement de Paris.




Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur





E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine