Procès Tiberi : Lyne Cohen-Solal absente lors de l'audition des parties civiles

Procès en appel de Jean Tiberi, Xavière Tiberi et Anne-Marie Affret du 12 au 21 novembre 2012.


Après la suspension du procès en appel les 12 et 13 novembre 2012 en raison du dépôt par les prévenus d'une question prioritaire de constitutionnalité, les audiences n'ont véritablement débuté que le 14 novembre 2012. Il se poursuit les 19 et 20 novembre avec une fin annoncée le 21 novembre.


20 Novembre 2012 - 12:22
     

Lors de l'audience du procès en appel de Jean Tiberi, Xavière Tiberi et Anne-Marie Affret le lundi 19 novembre 2012, Lyne Cohen-Solal est absente au moment où le Président demande aux parties civiles de s'exprimer si elles le souhaitent.

Alea jacta est

Après l'interrogatoire le mercredi 14 novembre 2012 de Anne-Marie Affret, Première adjointe au maire du 5e arrondissement, de 13h30 à 16h30, puis de Xavière Tiberi, épouse de Jean Tiberi, de 17h à 20h, c'était au tour de Jean Tiberi, maire du 5e arrondissement puis de Raymond Nantien, ancien secrétaire générale de la mairie du 5e d'être interrogé par le Président et l'Avocat Général, de 14h à 17h puis de 17h30 à à 19h, le lundi 19 novembre.

Les prévenus ayant été entendus, le Président demande aux parties civiles présentes si elles souhaitent s'exprimer.

Sur 19 parties civiles recevables en première instance (Benoît Brasilier, Yves Antonin Frémion-Danet, Lyne Cohen-Solal, Yves Contassot, Aurélie Filippetti, Pierre Montacié, la Ville de Paris, Jean-Bernard Gonzalez, Guy Atlan, Habiba Hdouch, François Beaujeu, Jacqueline Gaillot-Mangin, Dominique Bazire, Philippe Limoussin, Madeleine Pauffin de Saint-Morel, Claude Géraud, René-Marc Bokobza, Cyrille Galperin et Benoît Prieur) seules 2 parties civiles assistent à toutes les audiences.

Présent au moment où le Président donne la parole aux parties civiles : Yves Antonin Frémion-Danet. Absente à cet instant : Lyne Cohen-Solal *.

Pour cause de compte-rendu de mandat du Maire de Paris Bertrand Delanoë dans le 5e arrondissement, l'opposante politique de Jean Tiberi, conseillère de Paris du 5e arrondissement et Adjointe au Maire de Paris chargée du commerce, de l'artisanat, des professions indépendantes et des métiers d'art, doit se résoudre à quitter discrètement l'audience pour rejoindre l'équipe municipale, sans savoir que viendrait le tour des parties civiles.

Comprenant la raison du départ de l'élue du 5e arrondissement, un habitant du 5e arrondissement souffle dans le public : "le spectacle est plus intéressant ici !"

Le procès en appel se poursuit le 20 novembre de 13h30 et jusqu'à ce que le Président lève la séance, avec les plaidoiries des avocats des parties civiles ; puis les réquisitions du Parquet avant les plaidoiries des avocats de la défense d'ici au 21 novembre, date de la fin du procès.

A suivre sur Paris Tribune : les compte-rendus des audiences.

* Lyne Cohen-Solal a pu être entendu en tant que partie civile par le Président lors de la reprise de l'audience le 20 novembre 2012 à 13h30.





Vaea Devatine
Formations universitaires modestes, en droit, en sciences sociales appliquées, en langues et... En savoir plus sur cet auteur





E riro 'outou i te au / Vous pourriez également aimer / You might also like
< >

Lundi 25 Octobre 2021 - 16:19 Portes ouvertes d'Anvers aux Abbesses

Tahiti | Région Pacifique | France et Europe | Paris Ile-de-France | Paris News Post | Editions | Cités


ACCUEIL

Newsletter
Facebook
Twitter
YouTube


 

La boîte à archives


Un élu peut être critiqué plus librement que les citoyens ordinaires

La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 6 octobre 2011 pour avoir violé la liberté d’expression.

L'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Un élu peut-il faire condamner des syndicalistes un peu trop critiques à son égard ? L'invective politique dans le cadre du mandat syndical peut-elle être sanctionnée par les juges ?

Dans la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011, l'invective politique dans le cadre du mandat syndical fait partie intégrante du droit à la liberté d'expression.

Dans cette affaire, deux syndicalistes de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) distribuent des tracts : une fonctionnaire de police, ayant eu un litige avec un maire, ayant été sanctionnée par celui-ci et mise en cause dans deux numéros du bulletin municipal, porte plainte pour injures publiques et subornation de témoin.
Ils sont attaqués par le maire pour des propos, selon celui-ci, "clairement diffamatoires", dans le but de le discréditer en tant qu’élu aux yeux de la population de sa commune.

Maître Gérard Ducrey , Avocat au Barreau de Paris commente pour Paris Tribune la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 6 octobre 2011. Une décision qui doit inciter les élus de Paris à ne pas demander à des juges d’arbitrer le débat public, même polémique, car il participe à la société démocratique.

Vaea Devatine